Saturday, May 21, 2011

The Eleven September of the Political and Medias theatre in France.

In France, the Mainstream Medias and the whole bunch of the political theatre is stuck within a total denial of the charges against DSK. As a matter of fact, we can watch on television all his friends who never tell a mere word of sympathy toward the victim. More, all these friends appertain to the wealthy elite and they act like involved in a network of political and business interest. Finally, This means that they use ideology as a weapon to maintain their power, their money and above all to keep their wealthy way of life, despite the "socialist" terms of their so-called politic.

Certainly, one can see that corruption has rotten the whole tree of France's "virtutis exemplum" in politics. Anne Sinclair, the bride of DSK, is so rich that everybody has to bend his opinion and ideological posture to keep her friendship and obviously and consequently her favours, say power comforted by vast amount of money. Worst, these shameful events unveil now to the French People that Anne Sinclair wanted to enter in the upcoming Presidential Elections race by the means of her great wealth. The truth would say that she aimed to use her money to impose her husband as the next French President. Even worst, this was the previous state of political theatre that French People didn't even knew for it was skilfully hidden by the Medias which are pretty akin to these politicians. Finally, American Justice has saved France from a dramatic mistake built by the connected Medias and Politicians.

Justice is as impersonal as the texts of Laws or Constitutions. And this quality of impersonality warrants the righteous and equal expression of everyone's rights whoever one could be and whatever one could have or not. During this "eleven september" of the French elite, America actually saved again France but on the beach of Medias and Internet, say the worldwide village without any boundary. This is a sort of battle or a war about News, medias and informations, against all the local medieval political habits which express publicly their almost-unconscious desire to punish the victim and free the so-called rapist. According to them, the main thing is that power and wealth should rule ever unchanged to maintain their heads steadfastly whatever could happen. Finally, when money makes demi-gods or Presidents there is no more Republic which is "the thing of everybody".

Demian West

Saturday, January 23, 2010

The Broza-Child-Protect.

Daryl Weston and his wife had signed to get the new parental control program granted by their Town Lexington. They were naturally anxious people and fond of the new techno-science devices improving their daily lives as much as their social rank. Every morning, the family was busied in a great hurry, for their children had to leave early to join their private college in downtown Boston, where the staff cared for the precious easiness of the well-informed customers.

Actually, the trip to school was quite long, in a train pretty wide-open to random events, say attacks and robbery. This was a sort of morning adventure. Thus, until the children came back and safe at eve, their parents never ceased to get deeply involved in their own business, more than they took heed to the horrorshow inwhich their children travelled. In other words, they were resolute like business fanatics. Truth, the news had reported only one attack on this line during the past year, and nothing before. But the parents thought that under cover of a survey device, nothing wrong could happen in the USA within the brand new XXI century so different from the dreamed past .

As might be expected, the couple had been chosen among thousands of families, to test a new system of parental control implemented on the lines towards Boston City. As a matter of fact, the free parental control would be tried mostly around the residential district in Lexington. The device looked like an invisible software able to detect and record the digital tracks of children when they passed under the entrance portico of the station. Thus, a software robot sent on the spot, e-mails to parents' computers. So they could be immediately informed of all stages of the school-trip their children. Consequently, the parents were, at the same time, informed of any digression their children might try to escape the device, say hurry towards shoplifting and truantery. In that very risky business outa there in what one called the forests of towns, say a gloomy reservation of pervert-solitary-adults.

The service had been called the "Broza child-protect." And the device was hidden in a chip grafted into the transit card to validate the boy's ticket, when he passed under the portico of the new futuristic era. And the sensors followed him closely all along the line. The parents could inquire online hour by hour, the whole stages of the hand delivery their most valuable jewells. However, the child still felt a little fettered by this new pace of progress. It was as if Big Broza and Sister returned to school under the threatening glance and grin of a supervisor encline to uncoil the worst snaky punishment. The children were certainly abuse safe ; apart from parents despotism upon their phones and computer.

Advertising speaker said in a robotic tone that sounds more political than technical, though enthused: "This service is offered by your municipality to fight against acts of vandalism and sometimes violence against your offspring on the road towards school." One knows the barbaric Huns, say the gangs of young unemployed managing troubles. And that threat was probably the last suburb political stake one could debate on TV.

The thing cost $ 30 per month. On more risky lines the thing grew high-raise-costly. However, it is not less than 2000 subscribers who ran this new device to inaugurate this morning at the gate of spring 2020, according to the time zone of the WestWorldCoast.

The Weston had dressed their children, like to meet Britney Spears herself in some afterparty of a crazy shopping. They were so excited to have been registered in the paradise network, as if surrounded by the troops of God's angels who could watch and survey their digital garden. Children left home in some playing scene of hugs in Rockwell Puritan fashion and imagery, openly showing their tickets squeezed by wavy hands to comfort their parents.

Along the line, Daryl Weston and his wife received plenty of mails: "Your child has just passed the portico Lexington Station. And we have the honor to inform you bla bla bla " And this chat lasting, until the children were parked in the college quadrangle barbedwire ringfence.

As usual, Daryl spent his lunch break to nibble some techno-scientific sushi and other news online TV. It happened he chated with a cold fish when broke such worst a flash info he had never heard in the whole U.S., say since the last earthquake that had shaken the whole California. The flash repeated loopingly that a police patrol had invested the most prestigious and popular Mall of Lexington, for the reason that a sniper has shot blindly on the customers.

The event had started like a mere routine visit. A Millicent Patrol, that is the police, had just checked the complaint of a woman threatened by her abusive husband. And when they realized she did not answer, they entered the house to find her dead within a mostly horrorshow crime scene tinged with red krasif of the great natural firm painted on the walls. The crime has been played with utmost violence. Worse yet, the police arrived too late, just after the murder, because everything was still burning red hot.

Immediately, they questioned the neighborhood who had seen, as they told, the ex-husband steal the car of his ex-wife to flee in a train of violence, that the whole neighborhood had recognized as his very brand. But, the neighbors didn't interfer, for they had taken the habit to ignore this domestic turmoil, which could turn into street massacre in full-telly-screen at first provocation or frowning eyelid.

The Millicents had just to follow the bloody tire tracks, and other horrorshow tell-tales of testimony, which led them around the mega mall of the city. There they saw the full range of ultra-violence uttered by the driven-madman. People looked like hungry ghosts leaving the area, squealing all their guts out like rapted piglets, unspeackable words mixed with complaints sometimes strangely joyous for they were out and safe. "The event was heated to white firy violence and passion, " said the maister-cop in charge of the investigation. When he pulled out his heavy blue-steel gun, to shoot the final picture of the devil himself, clearly identified within the Center, where the peace-minded family usually did her shopping on weekends.

Daryl Weston was wholly paralyzed in front of his monitor, it was kinda tsunami of free violence, which stranged him outa his business. Though, all this crap was still behind the glassy screen. On the other hand, he received on the same monitor, and at the same time, e-mails from the parental control, which provided security for her children.

He became thoroughly scared when thinking this mall was in his city, so his family could be shopping there. Except that they were shopping on weekends, and the shooting burst in full week. Inside the Mall, the Millicents numbered three corpses. And nobody could testify the serial killer had been killed. Some suggested he had ended his dirty killings by shotgun, say by force of lack of bullets.

The witnesses could only say the madman firstly cast bullets on the floor, while he entered shops to threaten everything was still moving. Immediately, everybody had already taken refuge under the cheap plastic tables. According to some military or social drill formerly managed to protect themselves from psychotic armed and, say nuclear attacks. Very usefull today indeed !

When the Millicents invaded the mall, they opened fire fairly quickly and started a male gender toughest dialogue evoking the gunfight at OK Coral. Still, a cop fell on the marble alley. When the battle became a trench-warry nobody could longer recognized others. And customers they ran away, and female screamed inaudible words meaning : "He will kill us all".

Flash-info blazed with some background image in three tough characters including two Millicents. Then, one could watch an interview of the maister-cop who took the light as well as the purest seductive male so-called Steve MacQuenn in "Bullit" now in Boston shopping alley. Around, one could smell gunpowder and oil of triggers, mingled with the fragrance of the red and green vegetables splattered on the walls of the supermarket mixed with cold blood.

And some suggested that the killer had been shot by a stray Millicent bullet, fortunately right in forehead between the eyes of the killer, a good job for sure. Certainly, he had gone too far when he threatened the less-than-fifty-years housewives in a gigant supermarket Downtown. Above all, the madman had shot two cops and he had injured other bystanders. There was a sort of unspoken request among the Millicents to get it over quickly, by shooting him dead at short notice. Wasn't this madman the very elected contender for suicide ? Was he ? In short, he was already well trained in connubial intimacy and ultra-violence with his wife to achieve love in the gloomiest hell.

So it was a huge story that left several wounded and four corpses. For the reporter had to remember the ex-wife, who was already in the wooden box within the fridge of the Millicents. There, only families and investigators were allowed to visit the victims of domestic violence, but as it happens oftenly, too late.

Daryl Weston was thoroughly shocked. And he thought again, because it was reasonable and rational, that in the past, violence was common. But this was like a play or movie theater, say gore and never to be included into real life.

When he was deeply involved in his own thoughts about this memorable event, he saw all-over on the screen, two faces who seemed not unknown. While breathless and speechless, the crowd hurried to see what she had just escaped. All crowded to the ghostly horrorshow. And there, planted among housewives dragged to the ground by their heavy bags of plastic barred by the supermarket brand, Daryl Weston saw his two children among the bewildered eyes who gorged themselves of this bloody crime scene.

The parental control device as claimed all day long : the children should be present in a classroom to burst their brains about a problem of calculation of trains that never arrive on time. Frankly, Daryl, struck by this vision of the worst, should acknowledge that something didn't work in this "Broza child-protect." And he had probably underestimated the children skill of invention. Clearly, they had already managed a parade to escape survey.

As good parents, Weston had simply imposed the Broza device. And they never required the complicity of their own children. And so they thought easily, it was the fail in the device, which would be left aside in the weird XXI century. Finally, the Weston who erased their family account ... they did their next shopping together on next weekend, within the mall very hot scene of the crime.

Copyright Demian West 2008

The Censor of Wepon

Outside there was a gray basement still reeking of alcohol and old dung, almost powdered as decaying into dust. The house lay in the outskirts of the heavy symbolic Ulm cathedral and its surging proudest western spire, not far from the higher Baptist architected finger of the cathedral of Strasbourg which showed the celestian way like in the painting by Da Vinci.

There in a cellar, overheaped with garbage accumulated since the last war-of-darkness, one could feel the memories of death and horrorshow getaway across the streets Germany. A viokcho bearded bloke tapped on his oldy Mac-or-PC computer. In the village of this lost district, people called him the "madman" more precisely "the madman wepon". His real name was Piotr-the-censor, which is not very German except the devilish reference to censorship, which was indicative of this very ancient custom, say from medieval or perhaps barocco Germany.

For which reason has he been nicknamed the "madman of wepon"? Well, because he spent his whole blindly time to surf online through gigabytes with dummies, and above all on the website new-citizen-papers kinda gossips-styled and based on rumor Ethics, the so-called : citizen CyberForum or shorter the "wepon ". This space was full of ultra violent chats evoking the slums and suburbs around the 60s, before the continent had changed its name into Europe, nowadays ruled under firm-and-fixed law-and-order.

The whole social violence had transmigrated upon the net. Psychosis, social illness, megalomaniacs, metro-ultra-violence, transexbeasty and techno-Scientologists with all their mud clinging to their punky-underlings-underwears. In short, the whole society on line was like defrocked bastards evoking a new Bastoche revolution ... I mean when you sip your gessamin coffee "place de la Bastille" in a manner of cultivated gainsbourgian provocation against refined society holding down the pavement and the noisy motorcycles vomiting their oily fumes.

He was German, and he hid everything in his cellar for some unspeakable burried reason. Truth, his mother had openly lamented the total defeat of Germany, and especially the announcement of the fuelled suicide of her teen-idol Adolf. It was still stashed in its cellar-attitude in the meantime the German reconstruction after the great-warry. Sometimes, he fancied himself wearing clothes in ancient military-shoulders-pletshoes in Adolphe-style, surrounded by walls all-over pined-up with edited photos in heroic composures and gestures, like a grotesque remake of the clockwork orange aping his mustached icon playing itself-myth.

Unfortunately, little Peter was milk-titted with nazi-mythology. In other words, he dreamed every day from sunrise to serene, to punish and chop heads off designed enemies including the threatening shape of his mother. Well, he had a cousin in Canada who sent him postcards with great views of huge landscapes like Africa, rather under the snow. It calmed him down sometimes when he could see some areas upon Earth with huge vastness, though the ustmost frontier was on the net.

Endless and everyday, he diffused his imprecations against anything that moved and doesn't bite back on the net. Thus he grew like weird ripples through this space of free utterance. The net was already full of pranks and sex-stuffs too. He was the so-called "Censor", for he filled up the innumerable mailboxes to carefully and surely space his censorship towards all popping and stony bloggers. Say, he embodied the old comic reflex of stiffened and eruptive Doc Follamour's-hand in the famous kubrickian style. Actually, the Censor didn't know he was quoting some major masterpiece of kubrickian movie in his psycho-nervous-cellar.

The usual anonymity over the net allowed him to establish perversely his revisionist and false theories about the truth & fake in recent history. At the same time, he couldn't even see the mere daylife in daylight, apart from his computer window alike through the lens of his cutting sighs and sharp impulses of hatred, which were simply the impuls of hate he has to vomit daily upon undetermined zillion of fellows on line.

Since he was totally banned from the real world.

However, people made a start to some gavarite, that is a debate, in little downtown-Ulm around the City Hall. And governance of the said city launched a walk to take a little sight in this funny jap-house stashed on some ultra-warry-island as a reservation of this neo-viking warrior living in his gloomy den. For this madman couldn't see any ending of the starriest warry of the twentieth century and its troops of deadly horrorshows. The Mayor and his team came in a undetermined cautious procession quite alarmed, the number of police in white chest-wholly-upholstered sauntered kindly eventually to manage the full protection of the madman himself. They knocked gently at the door of the beautiful German barracks that has been built before the war, with wood and every noble stuffs before the plastic & formica crap-era, say a massive roof in Hanseatic style who should subjugate the toughest barbarian troops to the deepest soviet Urals.

When they forced the door, they stumbled on a stray letter they had sent a few days ago in case the madman had not yet lost all his common sens, as an announcement the Mayor will come soon. The whole story looked alike a crossing the threshold introducing some new worse movie "Psycho", say in some natural remake. In this odd and weird mood, the visitors stumbled again on piles of waste which adorned fantastically the shadows, as well this crap diffused a smell of unburried corpses from some gore cemetery of the last after-life housing crisis.

Frankly, this sight was a real shame cast into the public eye. Actually, the old man was literally welded to his machine by several of its most bodily secretions and limbs. Like in the story told recently by a little old ptitsa ladyship who was a social-worker. She was in charge of poverty emergencies. And she had met in the lobby, an old lady who lived alone for decades and without any family to care for her old days. What had shocked strongly the doctor was that the small viokcho had glued her slippers at his feet. Because she never get undressed, even to sleep and finally even to die. And doctors had to skillfully scalp or remove her slippers with all their needlework finest art & craft ... A great jeweller job but rather disgusting, according to the testimony on telly prime time of vomiting.

Similarly, Piotr the Censor had become a kind of bionic monster, but merely by the means of his custom of tapping endlessly. Thus, his body fluids and secretions became slowly and naturally some strange link or glue melting his flesh with the machine, obviously a bit outdated proto-computer-design.

Not surprisingly, he broke the headlines, but not so much the net-headlines which were rather pretty ashamed ... no! the real papers Ô my Brothers and Sisters, the true ones. Those that heap the street and splatter on your face some monstrous pictures of our wonderful gloomy world that never stops inventing the worst forms of evil or illness, which definitely excite our endless pervert organs .

Although everybody was frankly needy to burn the house in great frenzy to drown quickly the whole story into the babylonic river oblivion, say forget on the spot the whole crap. For it was an ancient and easy custom within Germany, and greatly before that frantic censor and his warry were buried in this cellar.

Copyright Demian West 2008

Wednesday, April 15, 2009

Aphorismes de Demian West : 15

Sur les forums du net disputeux, on écrit pour moins que rien, car rien c'est encore édifiant dans les méditations solitaires.

La top-modello aime la vie simple quand la beauté parfaite et singulière est juste un bruit de fond auquel on ne prête pas tant d'attention.

Le cheval du romantique pour rapter sa Belle, c'est le galop de son coeur...

La tête dessus le hâchoir du billot, je cherche encore le regard de la femme pour lui plaire.

Je ne crains pas de paraître l'étranger à la société contemporaine assez adonnée à la dernière folie et depuis des éons de millénasses.

L'esprit crée des concepts comme la poule pond des oeufs, et l'artiste crée des oeuvres comme la mer érode la falaise. Et souvent, ce sont les mêmes...

Ce qui anime l'espace illusionniste du blanc c'est la texture.

La musique choisie garde des moments de notre passé pour nous les rendre à l'intact.

Tout ne tient que par cette joie simple de se lever le matin et d'avoir reçu, pendant la nuit, l'énergie pour parfournir une journée complète.

Demy est en train de créer sa capsule spatiale blanche et designée en mobilier translucide pour voyager dans tout l'univers "ici et maintenant" comme le moine zen.

Au cinéma, la musique exprime les sentiments que ressentent les personnages pendant l'action. Et dans la vie ce sont les sentiments qui sont la musique.

Ce sont des humeurs obscures et lumineuses qui nous meuvent et toutes invisibles car elles embuent nos yeux les plus perçants.

Il ne faut pas confondre art et divertissement.

Je me méfie des daimons qui agissent les gens par-delà leur volonté.

Je ne m'explique pas pourquoi je n'arrive pas à croire à la mort.

Des savants américains ont prophétisé récemment que les techno-sciences permettraient bientôt de faire revivre grâce au patrimoine génétique toutes les personnes qui ont vécu sur la Terre et depuis le début. Où va-t-on mettre tous ces gens ?

C'est le caractère proprement fictionnel de la religion qui a fait son succés.

L'amour non-partagé est la plus grande injustice dans la nature, dont on se console dans le grand Marché ou tout s'achète et se vend.

Il en est qui transforment l'amour en amitié pour trancher le lien de la haine. C'est dire la complexité de ne plus vivre en couple.

Je suis un membre éloigné de ma famille.

Dans la forêt, les arbres montent au ciel.

Quand j'ai tort, je le sais intimement.

Quand tu nages dans le béton qui prend, le climat se durcit.

Si tu relies une liasse de billets tu ne fais pas forcément un bouquin.

Après le concept de résurrection, devenu central dans le christianisme, la pensée occulte dans l'islam a inventé le concept de "Grande Résurrection" qui signifie qu'il faut renaître après notre mort symbolique ce pendant qu'on vit. Ce n'est pas après la mort qu'on est sauvé et qu'il y aurait rédemption, mais ce pendant qu'on vit et qu'on étudie les universités cachées. Ca change tout...

Dans l'espace, les poules pondent des yeux.

Tous les mouvements modernes dans l'internet sont des paniques devant l'inconnu ou la nouveauté dont on ignore les usances.

Nous devenons lentement prisonniers de nos objets, et pis encore, ils nous survivent effrontément.

Ce qui est sûr, c'est que je ne sais pas où naît ma pensée...

L'homme de la foule est un animal étranger habité par plein de bactéries et qui, aveugle, s'interroge de savoir s'il est seul dans l'univers.

Le truc le plus serein c'est un appart tout blanc et géométrique meublé de design transparent comme un cristal philosophique.

Toute ma vie, je n'ai connu que des journées suivies de lendemains.

Nous sommes faits pour la contemplation.

En avril tout part en vrille.

En art, il faut penser à tout, puis laisser filer.

C'est avec les pinceaux les plus usés et rejetés qu'on fait les plus beaux effets buissonnants et savants.

Pour laquelle mauvaise raison, en France, sanctionne-t-on l'étranger qui aime la France au point de risquer pour y venir vivre ?

Pour qu'elle soit complète et épique, il ne manque plus à notre époque qu'elle inaugure les Jeux Olympiques de la bêtise conjointe à la vulgarité.

Pour laquelle raison croit-on plus aisément en un acteur qui joue un prêtre ou un pasteur plutôt que dans les prêtres et les pasteurs de notre paroisse abandonnique ?

La distinction entre "philosophe" et "penseur" exercée dans la discipline même de la philosophie est très indicielle d'une faiblesse philosophique.

Quand on déplace son corps, déplace-t-on dans le même temps son esprit ? N'est-ce pas plutôt l'esprit qui déplace tout autour de lui-même, voire en lui-même ?

Il ne faut jamais écrire deux fois la même chose, si l'on veut toucher son interlocuteur.

Les ruptures d'amour sont des amputations.

Il est aisé de faire face à ceux qui vous ignorent, puisqu'ils ne vous voient pas.

Pourquoi, dans les médias et dans la foule, "aujourd'hui" devient-il "au jour d'aujourd'hui" ? Est-ce par besoin de poésie chantée et répétitive ou par ignorance du sens des termes ? (au jour d'huis = au jour à la fenêtre).

J'aime bien avoir l'impression de ne rien faire même quand je m'éreinte, tout comme j'adore avoir l'impression de travailler quand je ne fais rien.

Les mots et les phrases et les livres sont des vagues qui ne changent rien aux plages.

Protégez-vous et ceux que vous aimez !

Ce n'est pas parce que je vais sur internet que j'imagine ce média en pharmakon universel.

Probablement, Obama est-il persuadé d'être la "réincarnation" de Lincoln, comme De Gaulle était convaincu d'être la "réincarnation" de Jeanne d'Arc.

Pour intéresser l'homme : Dites-lui que passer l'aspirateur est un acte de dissidence.

Pour bien adorer une femme il faut être un peu prêtre.

L'écriture est un dur travail de fait-néant.

Pour laquelle raison n'a-t-on jamais appelé les "tabacs" des "suicideries" ? par auto-intrigue.

Quand tu te montres : Tu te mets à découvert et tu attires les ennuis avec tous pervers accoués.

La meilleure place est à l'écart.

Quand tu écris à l'autre, tu t'écris à toi-même dans le même temps.

Les prédateurs de toutes natures, et humains aussi, ont pour fonction naturelle de révéler ta nature profonde du Survivant.

Demy est plus un Pince-Charmant qu'un Prince-Charmant : Il a les doigts fins du pinceur pince-moi !

Quand deux dictateurs se rencontrent, ils discutent de peur.

Demian a été repéré par des chasseresses de crêtes.

Il faudrait retourner à l'école quand on est vieux et plus sage, et profiter du travail et des économies de toute une vie à vingt ans.

A la façon dont Obama vampé a regardé Carla Bruni, il doit douter d'être l'homme le plus puissant du Monde.

La plupart qui critiquent les Ministres de la Culture ne sont jamais allé ni à l'Opéra non plus qu'au théâtre : Ils vont au cinéma à la télé.

Voyager c'est une façon très habile et autorisée d'échapper à soi-même. C'est bien !

Vers la Constitution d'Etats-Unis d'Occident, depuis Los Angeles jusqu'à l'Oural voire la Sibérie, comme sanctuaire des Droits de l'Homme. C'est ça, ou bien ça bascule vers la chicane qui tracasse pour tout casser.

L'internet et les internautes aux pratiques violentes d'aujourd'hui ne sont pas l'avenir mais le passé.

Pour que la gauche soit laminée à ce point, elle doit y participer elle-même à son laminage vétilleux.

Bricoler et faire la cuisine incitent à la fréquentation des hautes pensées discrètes.

Il vaut mieux vivre dans un trou perdu : Quand on meurt c'est plus facile genre déjà fait.

Il faut lire aussi les Grands Auteurs Français traduits en anglais : On lit bien les Grands Auteurs Anglais traduits en français !

Le problème quand tu es un bon mari c'est que tu attires les autres femmes, surtout quand ta femme aime te montrer comme un trophée !

Vous pouvez commencer sans moi, j'ai oublié le début.

Vous pouvez commencer le soleil se lève.

L'homme est un animal qui met les pieds sous la table.

"Qu'allez-vous faire maintenant ?" -- "Saler mes frites pour avoir les lèvres plus rouges !"

Le Monde et les Peuples sont perdus car ils ont trop de libertés dont ils ne savent pas vraiment faire usance ni les appliquer, non plus que les goûter...

Le Monde et les Peuples sont perdus car ils ont trop de libertés dont ils ne savent pas vraiment faire usance ni les appliquer, non plus que les goûter...

La source du Monde ce sont ceux qui ne savent pas encore jusqu'où l'homme peut s'abaisser, et la source de l'autre Monde ce sont ceux qui le savent.

Ecrire : C'est comme respirer des mots qui vous viennent...

On voudrait que chaque poème dise une chose sensée quand ils ne disent pas plus que le Monde qui, lui, ne dit pas plus que les poèmes qui ne savent plus quoi dire.

Tous piégés par le présent qui nous dépasse et nous contient.

Le bio-carburant, je pensais que c'était du sang !

Le G20 c'est le concile des 20 pays les plus puissants du Monde : C'est rassurant car ça veut dire qu'il y a encore un Monde, ce matin.

Le meilleur moment de notre vie : L'ensemble de notre vie et vue par l'esprit en nous qui embrasse et enveloppe tout, même le pire, dans sa félicité d'être Soi.

Il est des gens pour lesquels leur boîte aux lettres est leur pire ennemi qu'ils visitent tout en la craignant chaque jour.

La crise vient à l'heure du laitier.

Les journaux sont des fabriques de censures.

La censure c'est bien : Uniquement quand elle vous touche pour vous signifier que vous avez raison assez pour qu'on veuille vous taire.

Les eaux montent comme la peur...

Le cheval c'est un homme qui n'a pas besoin d'un autre homme pour courir sur son dos.

Oui jà ! les prochains ou prochaines Ministres de la Culture seront des personnalités de fer.

Pour être libre, en préalable il faut accepter beaucoup de pertes qui sont des gains mal-perçus.

Bientôt l'Homme sera tellement descendu qu'il se revendiquera d'être conçu de plastique.

notre époque des milliasses se baignent dans la substance même de la bêtise comme si c'était du lait de licorne. Heureusement, ils sont inspirés proprement par tous les syphons qu'ils cherchent.

Quand tu rencontres le Bouddha, parle-lui de la pluie et du beau temps et aussi de tout et de rien.

Si on retirait la médiocrité à notre Monde, il resterait l'air autour des monuments.

Si on écoutait tout le monde, on ferait n'importe quoi !

La gauche est si peu fair-play après les élections de 2007 et à un degré jamais vu, que l'expression massive et névrotique de son amertume lui garantit l'échec en 2012.

Quelle déchéance post-mitterrandienne-&-Badinter ! les foules de gauche rêvent de remettre la guillotine sur la place pour détrancher Sarkozy en neuf Louis XVI.

Il faut dire aux cons qu'ils sont cons. N'ayez pas peur !

Les journaux télévisés sont vides à force de répétition du même.

La Night-Hag ou sorcière de "Macbeth" c'est l'avidité ou l'ambition politique, aussi la publicité et les vitrines de la grande marchandise qui font notre chute au sommet.

Il y a plein d'univers et entretissés de somptueuses bizarreries et bestiaires de leurs rationalités insoupçonnées.

Les théorèmes rationnels stimulent naturellement et paradoxalement les pulsions dominatrices et irrationnelles de ceux qui veulent les imposer en dogmes.

La sagesse est un mélange de livres et d'expériences.

Deux affirmations contradictoires sont souvent vraies dans le même temps.

Pour te libérer d'une personne possessive : Trompe la sans la tromper.

Pour plaire à une femme, il faut lui donner ce qu'elle veut, et surtout ce qu'elle n'osait vouloir ou espérer.

Le sommeil est une forme du bonheur-source : Comme le soleil ou l'amour.

Le sommeil est une forme du bonheur-source : Comme le soleil ou l'amour.

Le vrai maître de lui-même est cettui qui a décidé de détrancher ses pensées douteuses quand elles apparaissent encore floues.

Ce sont les pensées oisives tournant en peurs, qui empêchent l'amour de s'exprimer pleinement.

Le cocu ignorant n'est pas cocu, c'est pourquoi il promène sa mine r'éjouie.

Pour éviter l'envie de s'entre-tromper hors du couple, il faut mettre toute sa science pour retomber amoureux à reprises dans le couple.

Souvent, on veut cacher nos défauts qui sont notre plus belle part de séduction.

La sexualité est une liberté comme elle est une dictature : Il faut bien discerner ses deux aspects.

La vie que nous avons vécue : C'est pile poil le programme pour lequel on est né.

Ce n'est pas le nombre qui compte, c'est de trouver un ou deux ami(e)s qui savent espacer la famille. Et c'est le rare...

Un jour et après un long voyage dans l'espace, l'homme marchera à nouveau sur la Terre.

Je suis la personne qui m'a le plus déçu.

Les mêmes têtes qu'on voit tout le temps à la télé sont-elles les propriétaires de la Société et de nos cerveaux ?

Quand on approche de la mort rassurante, la vie entière nous paraît un songe dont on peut se départir sans peine, si légère qu'un souffle envolé.

Tant de vies vécues...

La pensée et la conscience sont des intensités de savoir quand on se trompe ou non. Les perdre c'est devenir l'esclave d'une autre pensée.

Ne te soucie jamais de la façon dont tes propos seraient reçus ou perçus : c'est le prix de la vérité.

Chaque Français se veut un dicte gouverneur d'un bon lopin du Monde entier.

En France, les gens se plaindraient même du soleil, s'il se postait du mauvais côté.

2012 approche, ce néanmoins je vois toute la Gauche fuir et coniller en dispersion.

La France serait le plus beau pays du monde sans l'humeur disputeuse des Français.

En France, les foules sont plus préoccupées de la réussite de leurs voisins pour en être plus jaloux encore, comme une forme de la passion perverse.

Métro-Boulot-Dodo : Marteau-Poulbot-Cloclo.

Quand tu réponds au téléphone et que tu entends d'autres téléprospecteurs dans le fond, fais le sourd et r'accroche !

Demian West

Monday, March 09, 2009

Aphorismes de Demian West : 13

La civilisation commence à ressembler à un reste dans le frigo.

Les jeux de mots se font par ennui dans des esprits assez vides.

Il faut être prudent et ne pas révéler les secrets avec le corps, ou les yeux et les gestes.

Dans les greniers, on trouve les vieux prix Nobel de l'insignifiance.

Quand on est un jeune équilibré on a l'éternité devant soi : Quand on est un vieux équilibré on a l'éternité derrière soi.

L'Homme sent la bête, et la Femme enivre de fragrances doux-fleurantes.

Quand tu travailles pour toi, tu travailles trèstout mieux.

Quand tu n'achètes plus rien car tout sent l'arnaque : Les prix vont à baisser vitement.

C'est pas le travail qui manque, c'est le travail payé et pour le long temps.

Dans les devis initiatiques, les sages ont mis en plants des lopins de pièges et astuces.

Le ciel géographique reflète les ennuis et chicanes de la Terre dessous.

Les stéréotypes sont des types qui fréquentent trop.

Ecrire c'est faire ou fabriquer la pensée.

Cettui qui agit précède ou devance cettui qui reste à penser.

Une journée pour la Femme et des milliasses d'années pour l'Homme.

Il faut d'arrivée couper le cou à l'esprit du temps.

La caste des hommes en cravates comme des pendables...

Il faut tout critiquer avant que ça s'installe...

Le net c'est le rendez-vous des mecs qui essaient.

"La Journée des Femmes" est un dispositif de misère dans une société incapable.

Les élites amrica et donc mondiales disent : Il n'est plus aucun endroit pour se cacher !

Salariés ! Protègez-vous dès maintenant ! Prévoyez le pire !

Louv' to witerr tàkenn Soth Boc.

His leofmon Deila bihalde.

It ben aires ov hevene.

3ème Guerre Mondiale : Mais contre les emplois.

Sur le net, on écrit pour personne.

L'oeil bionique a été conçu et mis en oeuvre : C'est le début de l'immortalité.

Dans peu de temps, quand l'immortalité sera créée, les places seront si rares et chères qu'elles engendreront beaucoup d'avidité et de morts crimineuses.

De nos jours, les dégoiseurs confondent volontairement la contestation et l'étalage de leurs propres échecs et manques.

De nos jours, on confond aisément franchise et promptitude à la déchéance de soi-même, comme on confond l'humour avec la mesquine et médiocre jalousie.

De nos jours sur le net, il y a des milliasses de types qui se r'assemblent pour des non-événements.

Tu reconnais aisément l'imbécile de loin, à ce qu'il fait beaucoup de bruit.

L'homme vraiment intelligent sait écarter les fâcheux c'est-à-dire les cons, sans aucune violence.

Pour moi, savoir à peine lire et utiliser une bagnole, l'internet ou la ville ne différencie pas vraiment l'Homme de la Bête.

Des myriades d'années d'évolution animale pour aveindre à la perfection Deila : ça valait le coup.

Parce que tu es belle insaisissablement, tu sais rendre la Beauté Surnaturelle en photo.

Le Futur est à ceux qui n'en ont pas peur.

Demain je vais me promener pour arrêter ma vie le temps d'une journée.

L'amour de Deila se sait diffuser le fabuleux et le merveilleux dans ma vie et à l'entour.

L'intensité et la clarté des couleurs sont la porte vers l'invisible.

Toutes les minutes et secondes, la galaxie entière est sauvée.

Le problème avec les petits boulots c'est qu'ils ne grandissent pas.

Jésus est un personnage historique très dépassé par les événements.

Il faut rendre à César ce qu'il a rendu.

Le roi de l'évasion aimait à regarder le monde par les trous de serrures.

Les draps sont la porte qui nous ouvre au monde, malheureusement !

La Grande Distribution c'est la distribution des rôles par l'inconscient.

Tout ce qui se comprend sans parler est langage universel.

Les gangsters ne sont romantiques qu'au cinéma.

La Lune est un Soleil étrange.

Les beaux murs marbrés de ton appart, lisses et blonds, sont les bras qui t'enveloppent.

Le flou est partout.

Demian à Deila : Ton épaule est la cathédrale de mes baisers.

Combien y a-t-il de Sans Malheur Fixe ?

Ne jamais croire les anticipations, en raison de la survenue de l'Inconnue.

Le net te bouffe le temps de la précieuse naissance humaine.

L'amour et l'imprégnation : deux mots pour un seul concept.

Avant de mourir, on se fatigue beaucoup, ce qui rend habilement toute révolte vaine.

Les mots ne sont que les promesses d'actes qu'il faut accomplir réellement.

A Paris, il y a tellement de gens dans la rue, qu'ils deviennent banals comme des brins d'herbe qu'on ignore aisément.

Quand on aime on assure et on ne se débine pas.

Le Prince Charmant c'est simple : C'est le meilleur d'entre-tous les testés.

Ce sont les murs qui dirigent l'Europe.

La nessence humaine est chère.

Have a nice pay !

La cybernatalité est improbable.

Demian & Deila s'aiment et s'entre-suffisent.

C'est la crise dans les esprits.

L'homme du XXIIème siècle vivra dans les cavernes mais sans les bêtes dehors.

Yes we bug !

Au sommet de l'Everest, la moindre glissade prend sur l'instant des dimensions effroyables, surtout dessous la face nord.

L'enfer céleste autre.

Dans une famille très nombreuse, il y a forcément des accidents.

Les très grands conflits naissent des plus petits malentendus.

La vie est un chemin très long dont le moindre écart nous fait dévier vers de grandes errances.

Si tu courtises deux femmes dans le même temps : Tu perds les deux.

Demian West

Sunday, March 08, 2009

Des crinolines érotisantes

Demian et Deila ont, de ce grand pied, visité l'exposition des crinolines au Musée de la Mode à Paris, au Palais Galliera. C'est du top jupon. Et plein de sous-entendus érotiques : Quand on perçoit bien le sens de ces tissus qui arment la féminité pour asservir les mâles empire d'il y a deux siècles déjà.

C'est qu'on est bouffé au même régime du plat très-épicé. Certes, il y a ces robes guindées à bandes ornementales minimalistes évoquant les dernières de Buren et les vraies-fausses-culottes des sans-culottes. Mais, c'est le ravissement vertigneux presque noué quand on passe devant ces cubes de verre pleins de robes imprimées de guirlandes de fleurs et ruchées d'abeilles et de teintures criardes passées.

Il y a tout ! les carnets de bal avec leurs petites écritures au crayon timide, mais dénotatif de listes forlongées comme des courses du turf à la Degas. Les éventails sont à tomber sur le soyle de parterre, et les bijoux coupent le souffle mieux que la lame à détrancher du vieux doc Guillotin. C'est la femme qui exulte en ascenseur social comme dans le Bel-Ami de Maupassant. Et on y voit les travellators inventés pour les grands magasins parisiens sur lesquels les belles ne marchent plus : En mannequins de l'Exposition Universelle c'est-à-dire mondifiée.

Il y a beaucoup de dentelles et de moires insaisissables, ou par le seul son des souvenirs personnels des frottements que nous avons tous vécus et pour les revivre. D'ailleurs, Deila et moi n'y manquons pas de nous entre-frotter et par les mots et par l'air et par les membres vêtus ou non, çà et là.

C'est donc une expo du meilleur goût pour y inviter votre Dame, à celle fin qu'elle s'éjouisse de sa nature et de sa qualité de fatale. Franchement, quand on s'arrête devant la robe de Lola Montès des Ludwig, Ophuls et Bunuel filmiques ès rêveurs fantasmatiques, on comprend d'où vient cette impression de cheval fou tissée dans cette crin-oline toute cerclée d'une cage, pour donner de l'ampleur et espacer la femme jusqu'à son atmosphère circumconsciente.

Pour ma part, j'étais avec l'actrice Deila de la Famille Vogur, qui est la plus belle femme du monde et de l'histoire, et que je l'ai couverte de triple rangs de perles de culture, afin qu'elle se mirât dans une glace ingresque et lissée comme un tableau de l'Empire qu'elle a sur moi.

Demian West

Saturday, February 28, 2009

Aphorismes de Demian West : 12

Toute notre vie, on attend l'inconnue qu'on ne saurait attendre.

Quand l'amour est là, tu le reconnais sitôt sans autre explication.

La poésie est la pensée qui naît au moment où elle s'exprime.

Ce qu'on sait vraiment c'est ce qu'on a répété longtemps.

Les causes premières apparaissent toujours à la fin.

Pour devenir riche, il faut en préalable accepter d'imiter les pratiques des riches.

Quand un riche veut devenir pauvre, c'est qu'il est réellement tombé amoureux ou dépressif.

Comment les Hommes faisaient-ils pour s'ennuyer avant l'apparition de la télé ?

Qui veut éviter la chicane puis la guerre doit montrer les dents.

A notre époque, il vaut mieux être paresseux : On gagne autant et même plus.

Le concept de mission divine n'est pas un concept mais une auto-mutilation.

Demian pense qu'il faut atteindre le point duquel on voit bien que tout le mal que votre ennemi vous fait, he bien il le fait à lui-même.

Un ennemi c'est quoi ? c'est quelqu'un qui achoppe sur vous.

En ce moment, on voit plein d'arnaqueurs paniqués par la crise et qui sont en cherche de proies.

La jeunesse est piégée par les promesses.

Quand tu n'es personne, nul ne te chicane ; Quand tu deviens quelqu'un, alors tu déranges.

Chaque journée vécue est une journée gagnée sur le néant.

Il n'est pas d'autorité au-dessus, et nul n'a de compte à rendre intimement.

Les nouveaux siècles commencent aux printemps.

Etre seul à deux, c'est le début et l'achèvement de la plénitude.

Le sage pense en vue d'effets.

Boire un café aide à penser.

La pensée juste réordonne le cosmos.

L'achèvement du métier de vendeur est de devenir un homme politique connu.

La vie privée des hommes policliques.

Demian aime le français aussi en tant que langue morte.

Il n'y a rien de pire que des jeunes qui sont déjà vieux, et des vieux qui sont déjà morts.

Deila est toujours de bonne humeur, c'est la grande séduction.

Si tu aimes quelqu'un, dis-le lui maintenant !

Tu aimes vraiment, quand t'as plus envie d'aller voir ailleurs.

Quand les infos ne nous annoncent pas un cyclone meurtrier, on a l'impression qu'il ne se passe rien.

La question est : Que vas-tu faire de toute cette énergie ?

Le Journalisme Citoyen est à l'agonie et tout le monde d'en fiche.

J'ai toujours voulu faire de la musique et je fais de l'immobilier, alors je suis devenu riche.

On dit "gagner de l'argent" comme s'il s'agissait d'un concours...

Le journalisme sur le net, c'est la fin du français tel qu'on l'écrit bien.

Il faut rendre officiels deux ordres du français contemporain : la langue écrite classique, et le langage parlé-écrit totalement libre.

L'enfer c'est les sauterelles !

En peinture, le plus difficile à rendre c'est la carnation.

Avec la crise, c'est le retour du cash et de la chevalerie.

Tous les mondes qu'on pense et qu'on n'ose jamais peuplent le vide.

Le printemps est là, je vois déjà les feyminities elfiques fluer entre les arbres et naître du soyle.

Pleasin' th' Damozelle.

Quand je te vois je brûle dans ta présence, et quand je ne te vois pas je brûle de t'attendre.

Demian aime Deila, et il n'a qu'un seul coeur entièrement traversé et habité par Deila

Tuesday, February 24, 2009

Aphorismes de Demian West : 10

Sur le net comme dans la vie, les imbéciles se privent des talentueux en les agressant.

Le pouvoir est corrupteur, mais le désir de pouvoir l'est autant.

L'homme libre dort comme il veut, quand et combien il veut.

Force nous est de reconnaître que la plus grande déception nous vient des gens. Evitons-les pour être libre.

La Grande Deila a la morgue des Princesses en montre.

Les petits des animaux nous enseignent le lien avec la Mère.

Les arbres boivent de l'eau, et les voitures boivent de l'essence. réincarner en oiseau de la canopée...

Le chef-d'oeuvre du monde c'est la vie dans la forêt originelle : le Urwald.

Les impressionnistes perdent leurs couleurs.

Les musées sont des lieux excessifs qui incitent au pillage.

Bernard Hollande a dissout l'opposition comme sa parole a tourné le sucre dans sa tasse.

L'Homme est un mangeur de place.

La population des vifs et la population des morts grandissent dans le même temps.

Les interstices du monde sont grèvés d'attentats.

L'intellect triche sans laisser avec la réalité.

L'art discrimine les conventions.

Le vrai ciel est mouvant quand le cosmos paraît fixe.

Les Grandes Dames naissent dans la morale et les vertus.

L'ordinateur est comme le tableau : Un objet qui pense.

La tête mesure le soi jusqu'aux pieds.

L'amant veut la chose, comme on dit la chose jugée.

Les esprits qui ne veulent pas savoir embrouillent tout.

Les phrases s'ensuivent pour s'expliquer entr'elles.

En tout état de cause, je fais un effet de manche.

Quand je suis un objet de science, je me sens trop observé, alors je trompe.

Les historiens devinent.

Deila brille tellement, que souventes fois je dois détourner mon regard pourtant bien-féru.

Selon la thèse officielle : Demian est insaisissable.

Trahir, c'est perdre des lopins d'années précieuses.

L'individu autonome est un oiseau paré des Gloires.

La poésie est la langue occulte.

On peut comprendre que les pauvres friment, mais pourquoi les riches friment-ils plus encore ?

Le rendez-vous amoureux est le but de l'évolution.

Les taureaux de concours sont des surhommes.

La robe est le sanctuaire.

Ignore les jaloux et roule sur l'autoroute de la Gloire.

Les gens qui se fâchent ne dorment pas assez.

L'honnêteté paye souvent à crédit.

La vérité démêle les liens entre-les-gens.

A peine découvrit-on les Amérindiens, qu'on voulut les exterminer.

Quand les rendez-vous sonnent comme des convocations, méfie-toi et oublie-les.

Demain est un autre velours.

Les phrases sont des serpents qui vont sur le marbre de l'air.

Deila m'a mené jusque-là où les mots s'effacent pour la contemplation.

J'entrevois déjà l'avenir que je ne verrai jamais.

Une pente c'est une invite.

Demian West