Thursday, May 18, 2006

Pensées impensables de Demian West comentActor AgoraFox


Extraits de puma des meilleuses pires réponses flashies de DW à des internoughts passants du journal cityOuane AgoraVox des vieilles Foxys.
Suivi de près du dico-des-nerfs de la novLangue de Demian West ès-cathédrant.

Demian West Code Slut
le Da Vinci Code fait le bide plein de rien

De toutes les façons, le film "Da Vinci Code" n’a aucune chance de pass’through th’roof genre crever le plafond, s’il a fait l’économie de la scène de love torride et gloupsitude, des maîtresses prophétesses et professes, entre Jésus et sa Marie-Madeleine des castings quoi! qu’il annonce quand-même un peu en ses titres ès-blasphèmes.
Quand on fantasme: c’est pas vraiment de la meilleure santé, de se limiter dans ses visions de la débauche autorisée genre droit d’auteur. Le cinéma c’est la vérité dans les glazes, qui sont la part la plus sexy de notre brainyBrainy.

Autrement dit des terminaisons gloupides: quand tu dis au cinoche des vieilles lumières, que Jésus a fait grimper Marie-Madeleine aux rideaux blanc-bleu: tu le montres et avec des webCams dans tout le bastringue des gros-plans genre slut.

Sinon: t’es l’imposteur de la débande. Et le spectActor se décloue de son fauteuil et tout fout le camp et les romains de la syphilisation, avec... BienFait MalFait!

Demian West soli-solo

à un drouguie qui demande des preuves si qu'il prie les sondages...

D’après le Da Vinci Code: Jésus à culBoycodé la Marie des Madeleines de Proust, genre j’me souviens j’y étais: et c’est un drouguie qui luv' les sondages qui a bien-tendu la chandelle des vieux micros, pour les sondages futurs qui gagnent avec des chiffres genre deux mille.
Voilà la vraie preuve du Code DW : Demian West est méta, car il prouve qu’il existe surtout quand il affirme des copules et sans preuve.

on th'run

à un téléChargez qui pirate sa vie d'abord...

Tout ce que tu démontres: c’est que, pour toi, les artistes ne sont que des produits pour ton big-mic-mac de ta démo-soli-solo.

Et donc je comprends que tu n’en connais aucun des artis’ des nouilles.

Tu ne peux donc imaginer combien quantième plus: les gens ont besoin de nous. Et tout ton montage textofourre est à vocation de nous vendre de la poudre de rien. De celle dont tu te fais des petits phares pas alexandrins ni sexy du tout.

Demian West Code getaway

à un donneur de leçon qui a fuit l'escoliose des vieux collèges...

Vous: il faudrait vous faire passer un code et un permis d’écrire, car vous causez genre l’accident de la route biturée des pires carambouilles à chaque virage.

Car là: c’est plus du français maman, c’est de la découpe du faux-filet en soupirs tranchants chez le boucher à la hache des ortho-lentes.

Rassurez-vous si les élections démocratiques se sont postées de la façon si risquée la der-des-fois, je n’y étais pas plus impliqué que chacun des Français dont je suis, comme vous...

Alors dépassez votre chemin inconsidérable passant.


th'ArchPsy

au même de sa luxuriante idem...

Freud a aussi expliqué dans son "Introduction à la Psychanalyse" que la névrose qui s’étend dans le champ social, en devient dès lors une psychose: c’est-à-dire qu’elle provoque un certain désordre qui exige une intervention (de l’homme blanc).
Aussi, il a bien su dégager que la paranoïa est un phénomène essentiellement masculin: quand un individu fait une fixation obsessionnelle sur un autre homme, qu’il va considérer comme le responsable de tous ses malheurs et frustrations. Et ceci pour la raison plus obscure ou pulsionnelle et inconsciente: qu’il éprouve, pour cet objet de sa fixation, une attirance de type homosexuel qu’il refoule et qu’il refuse donc de l’assumer.

Par ailleurs, je ne sais pas ce qu’en disent ni Wiki ni Pédia étant donné que je ne connais ni l’une ni l’autre.

Honky-Tonk Man

toujours lui le robotnicky...

J’admire votre innocence coupable quand vous prenez le lecteur à témoin de votre si puissant esprit, et du mien si éreinté.
Que puis-je faire pour vous aider à sortir de votre nuit impavide?

DW Horny

et encore c'est pas vrai tu-le-crois-pas...

Vous me faites tellement rire...
Vous êtes adorable de fraîcheur genre yaourt enrichi à la génétique du brainyBrainy numérisé: c’est donc vous.

DW antiSeductionMaster

J’ai beaucoup travaillé — Ooops je voulais dire oeuvré — dans ma jiznée de vie. Car, j’ai dû entretenir ma luxuriante splendeur à la montre publique, à celle fin de séduire beaucoup de femmes, qui sont la richesse du monde.

C’est la voie, O petit scarabée, pour atteindre le grand Portail de l’Or azuréen, qu’il est loooiiiinnnn.


wisyWisy

à un fossoyeur du droit d'auteur qui veut appauvrir les artistes pour leur bien ...

La Vie est très habile pour nous montrer que: il ne sert à rien de tenter d’empêcher ceux qui ont décidé de se jeter dans l’errance et l’erreur, quand ils ont choisi de le faire.

Vous manifestez une tendance qui veut niveler l’art; et il ne sert à rien de vous dire que: vous serez tous nivelés comme vous avez nivelé.

C’est votre choix.

Et quand vous vous en plaindrez, je serais un peu plus loin, et j’y verrais grand merveille de la Nature qui est notre Maître, avec le temps.

Ce goût pour la dévoration numérique, n’est qu’une neuve manifestation de l’arrogance de l’occident et...

... avec le temps: La Nature nous plie tous, les uns à l’ensuite des autres.

Maketh Apocalypse Sight

à un drouguie qui causVite d'Iran et qui cherche la warrie...

Sous d’autres latitudes plus freudiennes, les nôtres, ont appelle ça la pulsion de mort: qui revient vitement aux mêmes dégâts et ruines si propices à la méditation sur notre néant; et que nous sommes, et si proclives à le démontrer.

Nous avons aussi nos sectes des plus renfrognés, et genre dégât des eaux, en Occident, on sait défaire un maxiMassy boulot de la vieille besogne. As I guess!

Journalism'Opine

à un journalitoyen d'opination...

C’est grave, il a du parti-pris et qu’il ose balancNocher comme ça! C’est carrément la warrie des vieilles tivi-foot-familles.

Vite: faut retourner au discours bien-gomme-il-faut, cettui qu’on donne dans le genre logique: Bien-fait bienVu bienVu — aw ow — pas-vu-pas-pris.

Sinon: c’est les vieilles attaques contre th’Demian West Code, des neuves bibales genre dolby-stéréo.

C’est du journalisme d’opination: il a dit du Bonnet.

Californicator

le même très cool et fashion...

WOW! ma copine top-modello californicatrice, qui s’appelle Stinky Toes tellement elle est le pied postrême des suprêmes, trouve que je r’assemble à Steve Nashe des Phoenix Sun de la NBA.

Mais Stinky-&-mézigue c’est de la drague à Outrance-en-France.

DW is a cloneBrethren

à un maister des téléChargez qui veut qu'on tranche la taxe sur les dvd...

L’honnêteté exigerait qu’on ne supprime pas cette taxe, étant donné que les utilisateurs de ces supports revendiquent qu’ils continuent de copier et de pirater malgré l’interdiction imposée par la loi.
Le fil de toute votre politique est la consommation au moindre coût. C’est le capitalisme fragmenté ou fractalisé, si propre à l’ère numérique. Et vous êtes un des moteurs, seconds, de cette dialectique qui est "marchande", un point c’est tout!

Vous n’êtes pas le proNetariat mais le "NetKapital" fractalisé.

La liberté n’est qu’un prétexte, que vous agitez, pour obtenir la chose for free. Et le droit d’auteur est un prétexte corollaire que vous touillez paraventure au fond du pot de la sauce moutarde.

DW is a boredome

le droit d'auteur et la copie illégale papa-rase-gratis...

Dans cette affaire très complexe, il faut aborder les questions de façon multiverse, si je puis dire. Car, on veut toujours nous faire avaler la médecine avec d’autres corollaires qui annulent les effets de cette médecine.

Le droit des auteurs est multiple, et il recouvre aussi les arts plastiques outre les arts lyriques. Et il est toujours aisé de le prendre comme alibi en le tirant par une de ses queues qu’il aime à laisser traîner.

Mais, pour ma part, en tant que théoricien des arts, et très attaché à leur libre exercice, je n’oublie jamais les fondamentaux et principes qui en assurent cet exercice-là.

Et donc, je travaille et j’oeuvre à dénoncer et à démonter tous les présupposés qui annonceraient tous pièges qui rendraient vulnérable le droit d’auteur; à la place qui est mienne, avec mon autorité et sans en demander le droit à quiconque ni à aucune Instance, autre que la loi elle-même et le droit des auteurs qui est le bien de tous les artistes, dont je suis.

Demian West ov th'genteel Sainte-Nitouch'

à un drôle genre hostile aux artistes célèb'

Et tant qu’affaire des affaires: pourquoi pas châtrer les Cézannes (s’il était encore vivant)? et les salauds d’artistes qui sont bons. Et puis vitement on s’ra tous des pareils-au-même genre vot’société des clones qui se font tondre par la panurgique des urgences en pannes.

Vive la misère: voilà vot’crédo tondus sur le dos.

Misérables et consorces, et si peu hugolien comme ton.

DW Major National

à un drouguie qui paume rien à DW qui écrit son dico-des-nerfs...

C’est bizarre du bidule un major national de sa promo genre mention-excellent-double-cursus de sa luxuriante splendeur, et qui dirait comme ça que des trucs que les plus calés d’entre vous ne paument pas même une maltchiki ptitza lettre.
Et, qu’ils n’y boivent que de la bouillie, peut-être parce qu’ils n’ont pas de dents à-eux pour bien-m’astiquer.

"Tout vrai langage est incompréhensible" Antonin Artaud le Momo DADA DADA DADA.

J’suis assez dac O dac avec le frèro Momo. Beau gosse d’ailleurs genre sexySexy...

Th'Buzz SexToys

de la liberté des artis' les plus furia francese...

Cettui qui prétendra à contrôler de vrais artistes, aura certainement les yeux rougis genre chauffés à blanc, peut-être par mon habile cat’s skilly predatory. Et cela-même avant qu’il soit né de sa jiznée, si qu’elle serait déjà finie. Comme l’a bien-confirmé not’ drouguie du Arch Maister Einstein: j’veux causViter du Ludwig Broglie des vieilles quanta-soi à proton, tu sais avec ses deux glaçons des familles.

Autrement dit des terminaisons: le truc habile serait de se brouiller avec les pistes, et jusque même dans les lambris et les ors de la République dont les orbites sont des golfes et des streams qui sont clairs... à ce qu’on dit tantôt.

Donc, brouiller des manipules, en toutes circonstances où la liberté serait coincée dans un peep-show tzarrible avec de naughty viochkos, qui se laisseraient aller à la manipuler avec leurs doigts gloupides de la neuve chevalerie païenne.

C’est pourquoi les sages furieux anciens dirent: ProNétaires de toutes payes munissez-vous...

Flashi Fizz Quantik

le maister des téléChargez malephilosophe car il est calé en quantique...

Franchement: r’assembler les troupes de la physique quantique des vieilles marseillaises, et highJacker au passage la bande à Rosnay et tout le bastringue de la joyeuse Agora des foxyLadies (bonjour Monsieur Hendrix Jimy), et tout ça pour nous servir, à nouveau des encore, que la loi du méchant ministère des munsters du cultes... elle est qu’à nous faire des misères m’dam Ouin, "maîtresse maîtresse".

Franchement: c’est beau comme mon chat qui retombe toujours sur ses pattes de la vieille épate pendant la der-étape du Tour d’errance.

Bravo! Brava! Braverie!

RolePlayers only

à un journalitoyen de la warrie contre l'Iran du harem des nukes...

C’est la warrie des grand’Guignolesques et des rocambolages abracadramentombesques: C’est l’info genre carica-du-dur qui frappe à la porte des Chic’dehors.
C’est la guerre j’vous dis: et tout-de-suite sinon c’est la frappe préventive des inventions à la carte des pressés.

Héraclite d’Ephèse, qui n’était pas un clown du cirque maxima en prime tivi, a dit: "La guerre est la mère de toutes choses" et il aurait chuchoté pour faire épaule à son propos: "elle est contre l’avortement en plus".

Par ailleurs, je suis certain que Socrate a dit "Arrêtez les conneries avant de déconner".

I run I ran

au même très fâché...

Vous avez la trouille, ou c’est un dispositif narratif qui sait faire monter la passion des plus grandes et tzarribles incertitudes genre cinoché-du-chasseur.

Ah oui! Y a franchement du cinéma dans ces grands cris autour des puissants qui ont la bombe depuis longtemps dans leur sac-à-roulette-russe-des-emplettes, pour faire des courses à l’armement quoi quoi!

A mon nimble avis: il doivent déjà se partager les zones de tirs genre dégroupé haut-débit, et tout ce qu’il y a de plus: pour se laisser les coudées franches et bousiller surtout du collatéral: car il est en promo au rayon busherie O mes frères et soeurs, cette année de toute l’année; sauf pendant les fêtes de l’Amouuuur-univer’sell qui doux-fleure le sapin des boîtes à pieds-devant.

Trop c’est trop Alain qui en fête trop! Il faudrait calmer votre je, et lui faire lever le pied-devant. Sinon vous aller faire un accident oriental avec votre arme de service, bien qu’elle soit discrète comme le gyrophare d’Alexandrie.

Insane th'Sam

à Sam qui n’aime pas les célèb’, parce qu'il ne l'est pas...

Tu pensais te retrouver entre obscures sur l’Agora.

Tu imaginais que seuls les escachés disent des trucs.

Tu t’es dit comme ça demain on s’ra tous inconnus.

Tu rêves sans doute de la ptitza maison sam’syphilis.

Tu crois que c’est genre l’honneur de pas êt’connu.

Tu y mets même toute ta contention de tes complexions.

Tu y arriveras gloups de n’être personne mais attention.

Tu te fais trop remarquer avec tes prétentions de néant.

Tu ferais mieux de traquer les pires céléb’ par hasard.

Tu sais ceux qui disent de telles conneries et si vite.

Demian West qui t’a vu Sam...

Demian West is under watch

à un drouguie qui paume rien au Demian qui va publier son dico-des-nerfs ici...

Le truc que tu comprends le mieux dans ta jiznée de vie, c’est quand un blaze patronymique t’annonce ton licenciement ou quand un kent genre avocat de sa luxuriante splendeur te slapp’ton placage par ta moitié genre femme ès-spousa, très stalina...
Là tu comprends O mon Frère limpide. Et donc t’es content genre proNetariat du précariat vite, vite.

Quel beau siècle du long temps glaciaire! Wyyypppiiie!

Bravo! Brava! Braverie!

overdose ov girly dalliance

à propos des femmes qui sont la prikrasnaye jiznée de ma vie...

C’est pas ça! je suis d’une parfaite mauvaise fois en cette matière sexy, car je collabore déjà avec les forces du futur. J’y vois quelque avantage. Hyper-malhonnête mais trop bonbon.

De toutes les façons elle sont nos maîtresses ès mauvaise foi: et je crois bien que je les aime pour ça: genre freud m’a opéré tout-de-suite.

Autrement dit: on a déjà perdu la lose.

huge overdose ov a T-random

à un généalogiste qui nous remonte nos gègènes jusqu'aux vieilles famines des T-rexs...

A te lire, on sent bien quelque parfum de rouge krasiv genre sang, qui nous suinterait comme qui dirait, que chez toi les centres de l’attraction sexySexuelle ont dû se brouiller tout-rouge avec les centres de la dévoration de tes contemporains des dino-qui-sortent en ville.

over snaky

au même qui aime le krasiv genre sanguin quoi...

Ton texto qui dépasse son format vers tous périls: C’est ce qu’on appelle, une pensée captieuse et toute controuvée. Attention, encore un peu et tu feras de l’art, et les femmes t’aimeront, ce qui te calmera ton reptile snakySnaky.

Voilà donc, une suite en vraie pensée naturelle toute de bon sens.

over snooze

encore lui les mâchoires d'or de sa libido...

Il faut voir comme le racisme est un "isme" qui fait outre très "connardisme"; et que la xénophobie est un faubourg qui fait très sous-préfecture des vieilles intrigues qui rigolent pas.

Et que ces deux hypertrophiques chattières nous gonflent les forums anciens.

Sarx and Coconut

Sarx and Co: "S’il y en a que cela gêne d’être en France, qu’ils ne se gênent pas pour quitter un pays qu’ils n’aiment pas.”

DW: S’il y en a que cela génère d’être en France, qu’ils ne se gênent pas pour glisser un pays qu’ils n’ahanent pas.

S’il y en a que cela gêgêne d’être en transe, qu’ils ne se gèlent pas pour kiffer un pays qu’ils n’hainent pas.

S’il y en aqueuse glazieuse d’être en France, qu’ils ne se génient papa leur guitarHero du pays qu’ils Hendrixent Wouah.

S’il y en a que slash-jean retro intrance, qu’ils ne se génuflexent pas pour glisser un pays qu’ils n’énervent pas.

S’il y en a queu-leu-leu que sale gène traître-en-France, qu’ils ne se geignent pas de kisser en pays qu’ils n’éteignent pas.

Demian West elect'd

à un contempteur de sa villepinique splendeur de la chic'Polit des Présid' Mazette...

Votre article semble trop le nez collé à la réalité: ce pendant que ce sont les fantasmes électifs aussi, qui régissent le théâtre de la chic’Polit à mazette.

Et Villepin van Savillepinique-Splendeur a un pouvoir attractif si people, qu’il peut venir en jean crade à la réception chez l’ambassadeur du Chic’élyséen, sans perdre de sa luxuriante splendeur.

En plus quantième y causVite en langage très panaché genre Cyrano qu’il-est-le-plus-beau: c’est donc du fantasme dequoi je vous parle et qu’il est la réalité qu’on couche sur la réalité. Aussi, je crois me souvenir que les femmes aiment à voter dans not’pays des beautés farouches qui aiment la poésie légère, et qui finit par peser le plus massyLourd.

Demian West London netWork

le programme chic'polit'de Demian West le chic'Présid Beauteous...

Mon proGramme Polit’ est tout ce qu’il y a de plus quantième: simplesse.
Il faut que chaque citoyen et citoyenne, et donc tous réalisent une extase sexySexuelle satisfaisante par jour du mandat, ainsi tous seront heureux et ce sera la paix sur not’monde-de-demain-on-sera-tous-des-lovers.

Vautrez pour moi de ma luxuriante splendeur.

Demian West mad overBookin'

à propos des parlementaires qui cadrent les recherches des historiens, par toutes formules de lois...

Cette démarche, toute tissée de bons sentiments, jette pourtant le renard dans le pouillis. Je veux dire que, désormais, toute personne ou groupe qui voudra harceler un historien, qui oserait un malenky début de théorie contradictoire, n’aura qu’à diligenter un procès contre cet intellectuel, si vite accusé d’être atteint de la dernière folie.
Et le préjudice sera commis, sans même qu’on ait à préjuger de la décision du juge, à terme. Et, bientôt, tous les chercheurs auront compris qu’il est des zones de la recherche qui seraient, d’une certaine façon soit de toutes les façons, consacrées comme des sanctuaires non-plus du savoir, mais de la neuve religion et à couvert...ou si peu, car assistée par le droit.

Alors que, dans le même temps et depuis des lustres, la société civile des bibales et des librairies est surBookée de bouquins à propos de la délectation de tous mensonges et piperies, genre Code-da-éVincer si scientifiquement diffusé dans toutes les supérettes à essence des autoroutes totalittéraires.

DW wanna bang ye pussy

MiniJack a dit que l'internet n'est qu'un tuyau...

MiniJack dit des jack-a-dit très pertinents, à mon nimbe avis.
Mais, je prétends qu’il fait une analyse trop prosaïque du bidule-à-net, et ceci après nous avoir avalancher la plus tzarrible beauté des déclarations d’amour pour les artis’: qu’il comprend manifestement dans leurs ressorts les plus secrets.

L’internet ce n’est pas un être vivant: c’est un système qui avale la vie et qui en devient un pur simulacre de vie: si qu’il paraîtra vivant et qu’il en deviendra donc vivant et très karacho...

Et l’indice le plus r’assurant de ce genre golem robotnicky serait que le Verbe l’anime et le maîtrise: et non-plus l’image qui fut, en quelque sorte, le viokcho prépa-internet de l’homo artifex, depuis plusieurs millénaires tictac tictac. Etant donné que le texte ou le Verbe aura toujours été réservé à l’élite. Quoi qu’on tente d’en dire au fond de la classe de l’escoliose.

DW King nuke Lear

à un journalitoyen en manque de pétrole iranien...

C’est très intéressant ton rapport exquis sur la menace qui pointe ses ogives comme un oursin qui darde de partouzeNucléarisée.

Mais, je me souviens avoir lu tantôt not’bon viokcho Guy Debord, tu sais le "situationniste" (j’ai pas dit sionniste!) qui disait que l’arme nucléaire était surtout conçue par des dirigeants qui en usaient d’abord pour menacer leur propres populations.

Autrement dit des terminaisons : la guerreWarry calme les ardentes révoltes, chez soi aussi!

Et, j’irais plus loin dans ce promenoir galant et tranquille... en supposant, très calmement, que si l’Iran avait l’arme nucléaire, elle prendrait un coup de vieux subit-comme-la-mort: genre t’es adulte et tu dois faire un peu gaffe maintenant à tes-enfants-que-tu-as-à-manger-à-table.

Et, que ce pays où la syphilisation est née, quand je n’étais que poussière imprévisible, n’a probablement pas envie de mourir si jeune. Puisqu’il serait, à ce qu’on nous dit aux flashInfos, comme retombé en enfance à cause de son plus grand âge.

Enfin, je veux dire qu’il n’ y a pas de bon âge pour mourir. Là on m’suis j’suis sûr!

Par ainsi, ai-je résolument décidé de ne plus m’inquiéter de ces évolutions vers la cata-qui-n’aura-pas-lieu et de tous les errements provoqués par autrui, et dont je n'ai aucune raison de me sentir coupable, comme Epictète me l’a enseigné parce que j’étais beau gosse.

Enfin, tu m’as foutu le frisson avec tes histoires, quand-même! Et, c’est clair! pas d'erreur ! philosopher c’est apprendre à mourir.


Demian West maketh luv' not th' warrie

à un va-t'en-guerre contre l'Orient...

J’ai relu votre article à reprises. Et, chaque fois, il m’appert que vous dites le contenu de votre discours, qui semble apparemment à vocation de maintenir une paix des ménages des nations cryptées, mais toujours sur votre ton si tranchant et tout-défavorable à l’adversaire, que vous auriez en commun avec une des parties la plus puissante.

Et donc, vous dites que tout est incertain quant aux fins de cette affaire de guerre. Alors que dans le même temps: vous dites que les idéologies seraient arrêtées et depuis longtemps. Et, surtout que la morale serait bien-placée en son maître-lieu qu’est l’Occident avec tous ses intérêts.

Par ainsi: vous diffusez ce discours qui semble vouloir humilier un adversaire, puisqu’il y parvient si aisément, quand vous le chargez de tous les mots les plus avilissants: "forcené", "tyranneau" , si même parquoi "mollah" en devient-il, chez vous, une injure à peine couverte par votre ton qu’on entend presque malgré nous. Tellement il y est inscrit, et à entendre, dans vos suites de mots acharnés à la perte d’une autre religion que la vôtre.

Ainsi, vous incitez, à votre degré certes faible, aux mêmes dispositifs qui ont poussé des puissances passées à la guerre, pour être, certainement et vite, brisées par la puissance dominante. Et tout ceci par un dispositif qui oblige le plus faible à résister au plus fort, mais, simplement et naturellement, pour la seule raison qu’un Etat ne saurait perdre la face.

Votre discours n’est pas de la diplomatie, ni de la pensée sereine ou même souveraine: C’est tout simplement la guerre que certains préparent. Voilà la vérité crue! Vous dites la guerre, parquoi vous tentez de la mettre en oeuvre dans les esprits.

Si l’on veut la paix, vraiment, on la commence et on l’entretient unilatéralement: d’arrivée, en changeant nos conceptions et nos présupposés quand ils seraient défavorables à l’adversaire. Et, si notre force est assez persuasive — et comment ne le serait-elle pas avec le passé si lumineux de l’Occident? — nous trouverions naturellement un champ pour l’entente et non-plus pour nous en battre, jusqu’à ce que le hasard en décide de la victoire. Laquelle est paradoxalement humiliante assez, à notre époque; et pour des raisons qui devraient vous retenir dans vos enthousiasmes.

Et, si l’Occident était vraiment fort: il convaincrait autrement que par la menace, surtout quand on sait que la charge punitive irait à rebours tout contre nos entreprises à court terme, cette fois comme les précédentes fois. En Occident, ne savons-nous donc plus prendre les leçons de l’histoire sinon de la guerre, et tout quand nous-nous prétendons les plus sages des plus sages-orientaux?

Somme: On sent trop, dans votre (vos) discours, des accents exaltés des religions qui se savent attendre leur bonne heure, pour se montrer à découvert avec tout leur appareil de contraintes, au moment opportun. Comme il y a du sermon, à la Savonarole, dans votre (vos) article ou votre impatience: qu’on y sent si fort un parfum qui monte à la tête: et qu’il nous inspirerait que, bonnement une guerre sainte soit vite engagée entre les forces chrétiennes et les autres... soit l’enfer. Carrément: tel qu’il est dépeint sur la Sixtine: mais en vos fortes teintures aux couleurs ténébreuses, comme arabiques et mauresques. Ou comme si vous vous revanchiez d’une autre religion et de ses faux prophètes ou mollahs, si l’on vous entend bien, et à cause d’une fantasmatique définitive qui doit beaucoup à l’engagement chrétien qu’on vous présuppose à-certes.

Mais il reste, que ce type de langage ne fait pas et ne fera point, l’unanimité en Occident. Car, la civilisation qui vient, et qui saura mêler les conceptions occidentales aux sagesses orientales, adviendra, probablement, quand vos règlements de comptes anciens auront eu la peau de notre intérêt-d’un-oeil, soit quand ils nous ennuiront tous. C’est-à-dire quand les personnes du sens commun ne prêteront même plus la moindre attention à ces va-t’en-guerre. Car nous voulons prospérer avec nos enfants, et tous vivants, dans un monde qui semble déjà difficile assez, pour que vous jugiez utile de nous charger la barque de nos terreurs. Enfin, dans peu de temps, nous n’irons plus à vos débats, ou vos ébats, que d’une seule fesse avant de quitter ce lit trop martial à notre goût, qui est plus vénusien et doux comme le lait: si bien qu’il attire mieux.


Le Dico-des-nerfs de Demian West:


la gloupsitude :une attitude genre avide de tous les baisements et liquides de l'amour.
professes : mot du vieux françois, genre mitterrandien, qui veut faire le professeur, dragueur en heures sup'.
les glazes : les tas de beaux yeux tu sais...
brainyBrainy : le cerveau, et parfois sauce intello délirant des artis'.
autrement dit des terminaisons : pour en finir avec les mots hypocrites qui cachent sexe.
gloupide : malfamé et dégueu-sur-lui.
des vieilles familles : bien-installé dans la culture. Sûr et bien-connu.
grimper aux rideaux blanc-bleu : monter au septième ciel en première classe.
bastringue : tout l'appareil du toutime.
l'escoliose : l'école qui nous assied mal.
ortho-lente : orthographe malhabile.
der-des-fois : c'était bien mais ne recommencez pas.
robotnicky : type mécanique genre travailleur esclave doulos.
jiznée : vie.
luxuriante splendeur : belle petite gueule.
warrie : la guerre.
proclive : enclin en vieux françois.
massy : énorme.
secte des renfrognés : épicuriens genre bouddhistes et tous intégristes.
la besogne : le travail ; et aussi entreprendre la love.

à suivre genre survie...

Demian West

5 comments:

Eric said...

Quand on a gloupsavalé plus cinq de vos loukoummentaires (comment taire?)à la suite on se sent laisse Thomas lourd. Mais l'esprit léger. Et le coeur rasséréné...

NGK said...

Trop marrant !

Anonymous said...

tu tourne a koi man , amphetes,ecta ? ca doi etre bon! fai tourner!

Patz said...

AAAaaaah, j'ai trouvé enfin le lexique secret de DW. On va pouvoir le comprendre sur la forme à défaut de le comprendre sur le fond.
Thanks

olg said...

Le drouguie de Casta et admirateur de sa villepinesque splendeur vous salue bien, Demian ! ;-)