Thursday, January 18, 2007

In No-God we Trust




Un nouveau phénomène d’opinion s’étend dans les médias américains, assez pour qu’il soit débattu dans "The Week" de cette semaine : et pour jeter dans les familles un nouveau règlement de la question religieuse. En effet, on évoque une renaissance athée qui est menée par des intellectuels, dont le scientifique anglais Richard Dawkins et son ouvrage "La Désillusion de Dieu", et surtout par l’auteur américain Sam Harris qui a publié "La Fin de la Foi, Lettre à une Nation Chrétienne".


Dans leurs best-sellers, ces auteurs reprennent tous les arguments menant à l’athéisme. Et pour bouger, en tant que minorité, la majorité des individus américains qui sont plus ou moins liés à des pratiques religieuses respectives. Cependant, les leaders de l’athéisme y vont si alertement de leurs arguments les plus frappants — comme de dénoncer la superstition, les va-t-en-guerre, l’obscurantisme partout dans le monde et ses religions — qu’ils sont tout simplement perçus comme irrespectueux de la religion en soi. C’est-à-dire que leurs arguments ne parviennent pas à convaincre, puisque l’opinion en a déduit qu’ils font publiquement la démonstration de leur propre mépris de toutes croyances religieuses.

Il est donc aisé à Sam Schulman du "Wall Street Journal" de leur répondre que, leurs arguments semblent usés, et depuis la période victorienne qui en fit ses gorges chaudes. Et donc qu’il n’est rien de si neuf dans leurs discours athées qu’on ne le savait déjà même dans les couloirs adolescents des colléges, où l’on doute par religion ou par athéisme rebelles à l’ordre établi. Pourtant, ce qui est nouveau dans ce mouvement qui s’affirme, malgré les réponses qu’on lui oppose, c’est le ton élevé du mépris ou du dégoût qui voudrait à lui seul disqualifier les croyants de toutes natures. A tel degré, qu’il est perçu comme une agression qui attente aux idées et libertés les plus fondamentales des individus.

Pire encore : la renaissance de l’athéisme voudrait que "les enfants soient protégés des croyances de leurs parents." Dans une proposition qui avorte aussitôt, en quelque sorte, cette cause athée dans l’opinion. Et Karen Long du "Cleaveland Plain Dealer" insiste bien sur cette erreur de stratégie, qui paraît tellement arrogante qu’on peine à croire que des penseurs aient pu l’énoncer en ces termes aussi soviétiques ; ce qui la fiche mal aux Etats Unis, on en conviendra aisément.

Il reste, que l’opinion a reconnu que les plus grands problèmes qui surgissent dans le monde, le font sur ce mode religieux mais plus fanatique, qui cache souvent des causes plus économiques ou politiques. Aussi, comme Victoria Brownworth du "Baltimore Sun", on peut souligner que de Bush ou d’Israël à Muqtada al-Sadr, les politiques usent de Dieu pour justifier abusivement des conflits, et pour les mener sans fin vers l’éternité des temps religieux. Quand le credo des religions annonçait des temps plus tolérants de l’amour universel. Ce qui donne finalement raison au regard critique de cette renaissance de l’esprit de doute qui saura certainement porter quelque fruit d’un avenir plus serein.

Demian West

1 comment:

Helen de 3 said...

PAS CLOPE PAS CLOPE
BIENTÔT LES FUMEURS SERONT UNE ESPÈCE DE L'OMBRE. NOUS NOUS INSURGEONS CONTRE LA MÉGAHYPOCRYSIE QUI CONSISTE À POURSUIVRE LA VENTE DU TABAC EN TOUTE LIBERTÉ ET À L'INTERDIRE NON PAS DANS TOUS LES LIEUX PUBLICS, MAIS DANS DES LIEUX PRIVÉS : EST-CE QU'UNE BOÎTE DE NUIT EST UN LIEU PUBLIC ? NON UNE GARE, OUI. LE TROTTOIR, OUI. UN CAFÉ, NON. NOUS VOUS RAPPELONS QU'IL EST INTERDIT D'INTERDIRE. POURQUOI NE PAS AUGMENTER L'ALCOOL QUI FAIT AUTANT SINON PLUS DE DÉGÂTS ? PARCE QU'IL EST L'OPIUM DU PEUPLE. REFUSONS CETTE LOI QUI NE VA PAS JUSQU'AU BOUT ET NE FAIT QU'EMMERDER LES FUMEURS PAUVRES. OU ALLONS CASSER LES BUREAUX DE TABAC QUI SONT AUTANT DE TENTATIONS : OU ALORS POURQUOI NE PAS METTRE EN VENTE LIBRE L'HÉROÏNE, LA COCAÏNE, LE LSD, LE HASCH À TOUS LES COINS DE RUE EN PRÉTENDANT QUE CELA NUIT À LA SANTÉ ? AH SI TOUS LES FUMEURS DU MONDE POUVAIENT SE DONNER LA MAIN... NE POURRAIT-ON PAS MANIFESTER UN JOUR À PARIS ? ASSURÉMENT LES GENS VEULENT MOURIR EN BONNE SANTÉ ; ET L'ÉTAT CONTINUER DE S'ENGRAISSER CAR CE N'EST PAS LES FUMEURS QU'IL FAUT INTERDIRE C'EST LE TABAC NOM DE DIEU. ET QU'ILS NOUS FOUTENT LA PAIX ! JOUISSONS SANS ENTRAVES. NE COLLABORONS PAS À CETTE HYPOCRYSIE ÉTATIQUE : FUYONS LES CAFÉS, ORGANISONS DES FÊTES SAUVAGES OÙ TOUT SERA POSSIBLE. CE MESSAGE S'ADRESSE À TOUS LES MORTS-VIVANTS DE LA PLANÈTE, À TOUS LES CRÉTINS AUSSI QUI NOUS FONT CHIER. SI JE MEURS D'UN CANCER, ILS VIENDRONT RICANER À MON CHEVET : AH AH AH ELLE L'AVAIT BIEN CHERCHÉ, C'EST BIEN FAIT POUR ELLE. EH BIEN JE NE MOURRAI PAS D'UN CANCER, RIEN QUE POUR LES FAIRE CHIER, RIEN QUE POUR LES EMPÊCHER DE RICANER. JE NE MOURRAI JAMAIS. ET NE VENEZ PAS BOIRE DE VOTRE ALCCOL CHEZ MOI, NON-FUMEURS DE MES DEUX, IL N'Y AURA QUE DE LA GRENADINE, C'EST COMPRIS ? CAR LA GRENADINE NE FAIT PAS MAL AUX ENFANTS, MÊME PASSIVE. FUCK YOU ALL, VILE WORLD.

publié par Helen de 3 dans helende3.over-blog.com