Tuesday, December 25, 2007

Les cadeaux refusés se vendent sur le net

Le 25 décembre c'est la gueule de bois des cadeaux. En effet, d'aucuns n'attendent même plus le 26 et la reprise des affaires au centre ville, pour tenter de fourguer le cadeau à la grimace, qui leur a été refilé la veille au soir, dessous le sapin qui sent le sapin des jouets.

Certes Noël est une fête de la morale religieuse et affective. Parfois, on fête en famille, comme on règlerait tantôt ses mécomptes. En achetant par exemple, des trucs vexatoires pour voir la tronche du beauf qui ne peut cacher sa déception, et quand il a une très haute idée de lui-même. Mais là, faut être un peu salaud pour s'amuser à des jeux pareils qui n'amusent que vous.

Par ailleurs, on peut gravement se gourer et parce qu'on ne connaîtrait pas assez l'autre famille. On se demandera alors, ce qu'on fait là dans une famille qu'on connaît si peu. Mais ceci nous emporterait dans des débats philosophiques qui ne seraient pas un cadeau.

Aussi, et c'est plus courant, on se fera un cadeau qui nous plaira, mais pour l'offrir à quelqu'un d'autre. Ce qui est une forme d'aveuglement narcissique très répandue dans l'occident toujours très affairé à soi-même et à son propre désir d'objets. Par exemple, on achètera un bouquin gros comme la Pléiade, pour le donner solennellement à un petit neveu dont on sait qu'il adore seulement la science fiction et surtout en mode DVD. Et tout pour se montrer l'intello descendu du ciel sur sa machine à imprimer l'admiration dedans les plus faibles esprits.

Il faut une grande force morale pour surmonter cet aveuglement narcissique, et pour vraiment s'intéresser aux autres.

Aussi, nous n'oublions pas que la plupart des donateurs offrent le cadeau attendu. Puisqu'il aura été décrit par le quémandeur, dès avant les fêtes et jusque dans les travées ou les tranchées disputeuses du magasin, le 24 au soir. Quand on ne compte même plus ce que ça vaut, pourvu qu'on reparte avec quelque chose de montrable sous le bras hâtif, et donc malgré toutes les descriptions préalables, prompte à l'erreur. On n'en sort pas aussi simplement de ces errances de cadeaux !

C'est pourquoi, dès le 25 au matin calme, les gagnants au loto de la malchance balancent le tout sur Ebay et en masses. C'est l'encan des canards boiteux même pas déballés de leur plastique de la boîte, à l'intact quoi ! Et ça se vend de mieux en mieux. Car on augmente le flux de plus de 30 % cette année. Aussi, on se jette désormais et résolument dans ce négoce, plus qu'on retournera les refusés au magasin. C'est donc que, cette année, la chose est réellement devenue une coutume de Noël à prendre en compte, pour la bonne tenue de la société qui avance vers le contentement total et résolutoire du village global.

On savait déjà que les objets de couleurs vives, du 25 décembre, étaient des façons habiles que la culture avait inventées pour attacher les enfants à la consommation fébrile, qui fait tenir toute la boutique sociale. Et que mieux encore, c'était la charge d'amour donnée par ces objets, qui en faisait la valeur la plus sûre. Mais désormais, on peut changer ces objets de l'amour en d'autres, qu'on choisira soi-même. Car il y a toujours quelqu'un sur le net qui aimera ce que vous refoulez naturellement comme une névrose affective et pulsionnelle sans solution ni ressources.

Il faut craindre que tout ira bientôt vers cette pente des échanges. En effet, après les cadeaux de Noël ratés, pourquoi n'y aurait-il pas d'autres bourses aux échanges plus inventifs, et plus résolutoires et libératoires aussi. Pour fourguer son mari qui s'est mis à boire et donc à cogner après trois ans de mariage raté. Ou pour échanger son gamin qui déconne grave à la première épingle à cheveux de l'adolescence, dont il manquerait encore quelque cartographie savante du tendre rebelle ?

L'internet est donc devenu ce lieu des universités cachées de tous échanges et des trocs inavouables. Tant et si bien qu'on comprend que la société de l'abondance -- qui est la même société de Noël comme le prouvent les parkings repus avant la fête -- refuse l'échec et même quand l'intention serait noble et pure. Il faut tout réussir ! l'échec lui-même serait le signe d'un échec plus grave. Enfin, il faut réussir même ce qui ne dépend pas de nous. Depuis l'ADN jusqu'au cadeau banal, qui signifie l'amour hasardeux qui surfe entre les postes de la réussite contraignante et dévoratrice, comme dans un flipper qui tilte au premier couac.

On se croirait à un enterrement, et dans ses suites du partage du patrimoine, au cours duquel, la moindre cuillère sait prendre une importance quasi démiurgique. Car si l'un des héritiers recevait, ne serait-ce qu'une petite cuillère en argent en plus que les autres héritiers, c'est que le défunt aimait probablement l'un plus que l'autre. Et c'est ainsi que naissent les guerres... chrétiennes ou comme en d'autres formules de religion soit du négoce affectif.

Il reste que cette année 2008, on ne se cache plus et l'on revendique même de vendre ses objets reçus genre perdus sur l'internet. Parce qu'il suffit de ces millénaires d'injustices perpétrées le soir de Noël.

Demian West

2 comments:

Anonymous said...

Noël est une fete
fête d'une naissance
naissance d'un enfant
enfant qui reçoit un cadeau
parce que la Vie est un cadeau

Bonne journée

Buzz l'eclair

Phileas said...

salut Damien

Moi c'est Phileas sur Agora Vox.

Je suis tête de liste MODEM aux municipales de Châtenay-Malabry (tu sais la chanson de Delerm..)
Je vais me présenter contre le maire sortant George SIFFREDI (ça ne s'invente pas) grand ami de Devedjian.

J'ai créé un Blog, http://monchatenaycom.hautetfort.com/

Nous avons préparé un "tract" informant de l'existence du blog.

Je pense que cela va monter en puissance juste après les fêtes. Je vais créer quelque chose qui va fonctionner comme une entreprise contre les pouvoirs installés dans cette ville. La parole va être rendu au citoyen. Tout sera fait pour mettre en lumière la vie des chatenaisiens dès lors qu'ils auront envie de communiquer sur leur quotidien. Avec une tendance MODEM pour le fond.

Cette rampe de lancement sera déterminante pour la suite. .....

Mais ce blog est aussi culturel.
Bref j'aimerais acheter quelques uns de tes articles.
Car je suis fan de toi depuis la première heure (je ne déconnes pas)
Je pourrais en écrire, mais je tien s à m'entourer de meilleurs que moi.
Je n'ai pas de tune. Je te préviens.
Je pense pouvoir t'offrir 50 euros pour des articles évènementiels (expos, rubrique nécro, ..) si cela t'interesse ou si tu veux m'envoyer chier voici mon adresse

jean-pierre.bozzonne@laposte.net

Ce qui ne m'empêche pas de te souhaiter une heureuse année 2008 et toujours du talentssssss.

Take care
JP