Thursday, December 27, 2007

Pyramidale attraction du couple Sarko-Bruni



A contrario des papiers traitants des vacances du couple Sarko-Bruni en Egypte, nous pouvons aborder cette rive du Nil par le vrai bout des réalités les plus crues sinon cruelles qui se puissent voir. Vrai, que Sarkozy vole en jet prêté par son pote Bolloré, qui a fait fortune forcément dans la jet set qui a ses aises.

Vrai, que Sarkozy se montre tant qu'il le peut et avec sa top-modello au bras genre la main dans la main. Vrai aussi, qu'ils visitent nonchalamment la Vallée des Rois et pas des moindres. Tout enveloppés des nuées de photographes du buzz qui les butinent comme au printemps éternel, qui est de saison au pays des immortels.

Vrai encore, que le couple se fiche totalement des critiques que le parti de l'opposition (anciennement PS ou PC je-sais-plus) tente de rassembler par toutes ses voix époumonées. Puisque, tous disent la même chose. Le King Sarkozy frime et son Peuple Français peine à jouir du pouvoir d'achat, juste après l'éclate maxima de Noël, que nous avons tous vue tout de même...

Vrai plus encore, que ça ne va pas si mal, puisqu'on passe son temps de cerveau disponible, redevancé et français, à causer des vacances dorées du chef de l'Etat, qui a tout des pharaoniques solaires désormais. N'a-t-il point une femme qui sait faire de l'ombre à Néfertiti herself ? Mieux encore, un look à la couplitude Kennedy, mais avant les grands malheurs de la revanche texane à Dallas. Et en manière de couronnement des deux Egyptes basse et haute, n'a-t-il pas rassemblé des succès de Presse si puissants, qu'ils incluent tous les tombereaux de critiques amères, que le petit Peuple lâche sur les blogs collectifs, je n'ose plus dire "journaux citoyens" ?

Vrai que sur Rue89, l'article prétexte pour causer de cette virée du gran' Caïro, selon l'expression de Thackeray by the deuce, a tourné vitement en un patenôtre de pleurs et de grincements de dents des commentaires, qui répétaient sans laisser les mêmes plaintes et lamentations. Vrai finalement, que Sarko serait riche, qu'il serait heureux en amour, et qu'il fait sa courtship à la plus belle femme du monde, et donc qu'il serait très en vue et même mondifié. Par ainsi, ses adversaires disent tantôt qu'il ruinerait l'éclat de la présidence elle-même.

Comme si l'éclat à travers le monde, et même l'éclat sexuel, pouvaient enlever quoi que ce soit à la fonction qui est avant tout prestigieuse. Et donc, qu'elle paraît assez égyptienne et très-antique dans son essence, pour choisir de se balader librement sous le grand dais des pyramidales tombales, que Mitterrand lui-même préemptait pour bien asseoir la sphynge de sa légende dorée et immortelle. Qui dirait le contraire sans paraître de la pire secte des renfrognés ?

A la vérité, Sarkozy, qui a compris la leçon et gaullienne et mitterrandienne, commence un peu plus tôt ses éclats, et dès la prime année de son mandat. Tout en y ajoutant la leçon du couple Kennedy qui avait commencé trop tôt, lui. Comme nous sommes en Egypte, nous rappellerons à escient que tout est une question de temps et cyclique plutôt que linéaire. Et que l'histoire est une sorte de spirale qui revient dans ses anneaux passés, des standard de communications peuplés de stars de la politique et des arts, pour en achever la course prestigieuse et olympienne dans un futur qui est notre présent.

Demian West

2 comments:

ludo said...

que de baratin, de papotages.
monsieur west est figurant dans un tableau de velazquez. on le voit dans le miroir se réfléchir à l'infini...
mais il fait semblant de n'avoir pas vu que le peintre l'a lui aussi dessiné.
non, il croit qu'il échappe au ridicule des figurants ,là ,croqués.alors il pérore.
n'est pas maurice blanchot qui veut, mais quand même, un peu de sagacité ("sagacity" auriez-vous épanché ?).
sinon, il se prend pour le dernier des zola en "dreyfusant" l'affaire imbrogliaque de mme whites, zara.
pourquoi aller chercher un symbole aussi peu trivial pour le balancer aux pâtures de l'administration fiscale ? c'est galvauder et instrumentaliser les deux affaires, en ridiculisant la seconde qui s'en portera bien plus mal que la première, vu que...
malheureusement c'est la 2°fois (à ma connaissance, je n'ai qu'un savoir superficiel concernant votre oeuvre clavitive)qu'il utilise à mauvais escient des références du xx° siècle et qui font allusion à l'histoire du peuple juif.
l'autre fois ce fut à propos d'un article sur l'ultra-consommation viandarde qu'il utilisa un sujet à caution de la shoah (le savon fabriqué avec la graisse récupérée dans les crématoires)qui laisse la porte ouverte aux négationnistes de tous poils.
à bon entendeur.

ludovic pautier

Anonymous said...

certains revent de la Bruni
le monde feerique
de Nicolas Miquet

plus loin sur la planete
le reel bien reel
vient a bout de la Bhutto

Buzz l'eclair