Wednesday, December 06, 2006

L'Agora Inter-Connectée

Il est une nouvelle réalité qui se profile désormais, par toutes voies et directions : qu’elles soient à la rue des événements ou qu’elles viennent des sphères internétiques. Oui, c’est plus qu’une impression vive qu’on ressent : quand on voit le Pape se rendre en des méditations, dans une mosquée qui en devint le Monde par le truchement des média. Et que ce Pape, au bout de toute une lignée d’occident, y semblait plus tourné au rebours de ses propres discours, qu’on disait discourtois envers l’islam.

En France, un Sarkozy, épris de la France et pris de l’ambition dans le même temps, ajoute à notre impression de ces nouveaux paradoxes, quand il annonce sa candidature aux élections présidentielles. Ce que nul n’ignorait hormis lui-même, comme s’il était de saison d’annoncer qu’un taureau portât des cornes sur son front. Ailleurs, dans un autre genre plus beau aussi, une femme se présente enfin à la même candidature présidentielle. Et par là-même, provoque-t-elle la panique dans tout le mâle hémicycle qui comptait bien et déjà sur la moitié de l’humanité.

Tout pareil : le Président Bush, qui est l’homme le plus puissant de la planète et donc du bal des planètes et de l’univers quoi ! Bush vient-il de perdre des élections, et son maître de cavalerie vient-il aussitôt de reconnaître à demi-mot d’hommelet que : les Etats-Unis d’Amérique-du-Nord étaient, oui, en train de perdre la guerre en Irak. Vous savez ! là où l’occident devait entrer dans les consciences de tous les orients, par toutes portes ouvertes, pour y faire régner le nouvel ordre mondial. Lequel ordre recule, du même retour de manivelle, jusqu’aux rives de New York comme une réplique du tremblement de média. Ce qui n’arrangera pas tant le ciment qui devait entretenir, et monter encore plus haut, le mur des certitudes occidentales, comme la toute nouvelle frontière qui, devenue une dernière folie, recule sur tous les fronts.

Pour respirer en des espaces plus vastes, il se trouvera quelque esprit de l’internet pour nous montrer les circuits de l’air plus infini, pensera-t-on. Là, les flux sont réputés favoriser une expression libérée assez. S’il n’y avait ces tentatives de chartes et de Néthiques, ou d’étiquettes de la morale, qui seraient vite érigées comme d’autres façades de murets, si propices à rapter les licences d’inventions poétiques, sinon les libertés de l’expression même. Si bien, que les plus radicaux, et des extrémistes s’empareraient aisément des forums de discussions. Car on sait bien que la démocratie paraît si fragile, et dès qu’on tente de la joindre à quelque mot d’ordre, de cet ordre qui s’épand en veille, puis en surveillance vers tous contrôles des citoyens.

Comment ne pas comprendre que tout s’entre-mêle ou s’entre-tisse désormais comme en des destins alliés ? Et souvent sur le mode paradoxal des apparentes mésalliances. Les blognalistes voudraient paraître des journalistes, qui eux-mêmes voudraient paraître des blognalistes. Ainsi, fait-on plus que percevoir ces flux paradoxaux qu’on voit grandement agiter AgoraVox, et dans une danse parfois approximative et qu’on la dirait déréglée assez. Ce qui n’est pas pour nous déplaire, car nous sommes le plus fervent adepte du poétique "dérèglement de tous les sens" selon la pratique rimbaldienne.

D’autant que nous avons, tout-de-même, su extraire un point commun et rationnel à toutes ces démarches du Monde et de l’Agora Inter-connectés, dont nous venons de vous présenter les plus éminents paradoxes de notre temps. Et ce lieu commun, à toutes ces errances mondiales inter-connectées, semble bien que nul ne saurait plus connaître comment divaguent nos média ni le monde lui-même. Et que la seule connaissance qui offrirait encore une assiette stable, serait que le monde contemporain ne pourrait plus jamais être contrôlable par quelques individus, ni par un seul, non plus que par rien.

Et cette incertitude paradoxale est le mode opératoire de ce qui semble vraiment neuf à notre époque : le réseau internet inconnu et diffusé à la plus vaste échelle planétaire, par laquelle il installe le plus sûr et sain désordre, tout pour la sauvegarde de l’individu et de la pensée libre.

Demian West

3 comments:

David Orbach said...

Ah! Du grand Demian là. Enfin on le retrouve.

David Orbach said...

... et j'ajouterais que je ne suis pas sûr que ce nouveau système qui s'installe va forcément être "pour la sauvegarde de l’individu et de la pensée libre."

Mais comme je n'en sais rien : Allons-y !

Mais restons sur nos gardes. ;-)

Demian west said...

Bonjour David,

J'ai proposé cet article au comité de rédaction de AgoraVox qui hésite manifestement à y aller, comme tu nous y invites mieux !

Le web participatif semble mieux marcher, chez soi comme à la maison.

Demian