Monday, December 25, 2006

Politique de deux mains (à propos du débat "Politique (de) Demain" organisé par Politic Show et AgoraVox

Comme c'est Noël, je me suis un peu osé du côté de la cheminée du yacht filmé par mon Voisin qui est beau gosse, mais qu'il devrait se raser pour que les girlies lui arrachent censément sa chemise, ce qui l'occuperait à d'autres trains. J'ai donc vu la vidéo qui flotte tout du long de la Seine plus propice aux devis de l'amour, à ce qu'on roucoule tantôt. Toujours est-il que je me suis trouvé, un peu avant la fin, à m'interroger au fond quand j'ai râclé le dispositif, que je perçois un peu comme un scénario bien-gouverné.

Car, pour laquelle raison, fallait-il appeller des jeunes à ce qu'ils s'expriment sur leurs projets politiques -- qu'ils imposeront sans le moindre doute -- pour, au milieu de leur discours, balancer l'invité surprenant qui présente tous les traits de l'ancienne génération ? Comme si le débat des jeunes fût à nouveau rapté par les vieux de la politique, même si cette-ci se prétend citoyenne, quand elle affecte les doux gestes d'une sagesse factice. Car Chouard représente, peut-être, la société participative des blogs, mais uniquement par son côté si polissé que les jeunes polit' l'écoutent poliment : puisqu'ils savent bien que la politique ne se fait pas et qu'elle ne se fera jamais sur ce bateau-là.

Quitterie Delmas l'a bien saisi, et depuis le début. Car elle sait installer d'arrivée le désir d'unité, et très nettement posée sur le plan méta par-delà les contingences des partis : elle est donc le parti des jeunes. Par ailleurs, les intervenants parlent peu, à l'inverse des discours qu'ils tiendraient dans de vrais débats politiques. Nul n'est dupe quand il tient la rame d'un bateau sans moteur ni voile, sinon Chouard lui-même. Vrai : qui ne saurait encore que la sphère participative sur le net n'a pas fait son ménage des débords si outranciers qu'ils ne sauraient être admis dans le théâtre politique, dans lequel toutes les places sont bien rassises. Et tout simplement, parce que la démocratie est notre bien le plus précieux.

D'une certaine façon, et malgré le faux consensus qu'il sembla amener, la survenue de Chouard dans le débat l'a arrêté net. Car, c'est comme si l'on avait ouvert la boîte du petit diable au ressort des électeurs et en plein drap du QG des partis, quand toutes les cartes et drapeaux sont éployés sur la table du monde à trancher en parts plus ou moins égales. By the Deuce ! il fallait y aller un peu plus subtilement de cette machine du stratège filmickey, car ce n'est pas parce que les jeunes font de la politique qu'ils seraient forcément des simplesses...

Demian West

1 comment:

Pedro said...

Petit commentaire à voir ailleurs

http://www.nuesblog.com/?478/Blog-Note-de-campagne-La-Politique-de-Demain#forum1131

a plus ;)