Friday, July 25, 2008

Le grand amour rencontré sur internet.

Tout le monde connaît ou a entendu des histoires du grand amour rencontré à l'école chez soi ou au coin de l'épicerie du quartier que tu peux pas la rater. Les livres bovaresques en sont remplis et depuis que les spermatozolives ont flirté avec les girlies du cloître de soeurs de la sainte Ovule, qui n'ouvre qu'une fois par an.

Mais zaujourd'hui ont fait mieux sous l'ombrelle penumbrante. Oui da ! on se rencontre le grand glaçon brûlant sur le net. On fréquente d'abord des sites qui incitent, normal ce sont des sites de sisters. Là on peut roucouler et papillonner d'une fleur à l'autre, et vraiment y a toute la vitrine des mannequins carlesques qui se mettent en scène que t'en as les yeux rougis par leurs talons aiguilles en fer forgé, mais très orfévris par le soviet des ouvriers du fer et de la fonte.

En d'autres termes, tout ça est fin et délicat comme la dentelle dans un lit en draps de soie et le cadeau dedans. Un corps méridien de 1 m 75cm de long sur une lattitude fine comme l'anguille qui sait faire.

Après, tu te fais ton idée et tu deviens copain mais lentement. Tu fréquentes et tu sors. Tu manges dans les bons endroits entre la rue Montorgueil et le Georges V ou le Fouquet's sinon à Bastoche. C'est un repast de fauve où l'on te sert des yeux inouïs de femmes jamais vues, mais que toi Demy tu les vois.

Et c'est un privilège de l'aristocrate français. Car souvent c'est la culture française qui plaît plutôt que mézigue qui se lève le matin avec sa tête de péquenot vieux-beau pas encore perruquerasé par la perruche du courtisan assez versaillais mais en retard de plusieurs siècles de remplissage.

C'est vrai ! les femmes d'origines étrangères aiment des français ceux qui jettent leur culture à l'encan dans des promenades anodines, qui sont en réalité des flirts torrides sortis droit de l'enfer vaticanique ; duquel Ovide a su suinter pour enseigner cet "Art d'aimer".

Tout d'un coup, c'est le truc que t'attends pas ! Une jeunette actrice mannequin russe blonde et tout, qui est l'achèvement du rococo. Une carnation unique et diaphane comme une Marie-Antoinette mais qu'elle est la plus belle des femmes. Elle joue film sur film pour le cinoche et elle va être très célèbre, comme Nicole Kidman qui prend un coup de vieux. C'est possible.

On la verra en octobre dans le film de De Caunes "Coluche". Elle est terrible comme son sourire qui te décolle les vieilles dents que t'avais plantées dans le coeur après tes moultes divorcitudes et ruptures décélérantes avec le frein moteur. Et elle t'y fiche le grand coup de poing de sista Lovya massue et tu pleures de bonheur.

Parfois, on est en droit de se demander ce qu'on a pu faire de si bien et qu'on ne le sait pas, et pour mériter de tels cadeaux de la vie et qu'il est en plus si bien emballé dans des rubans qui serrent plus encore... plus tu les dénoues.

25 comments:

pixel said...

Je pense qu'elle s'appelle Roxane et que sous le balcon du net, entre deux duels, tu lui a joué Cyrano.

Demian west said...

Bien vu, elle améliore son français avec Rostand.

Elle est plus belle que la version hyperféminineAndrogyne de Helmut Berger dans Ludwig de Visconti, ou de Tadzio dans "Mort à Venise", donc de Mila Jovovich quand elle te jette un verre d'eau à la tronche du petit frousien franssouski.

C'est la MenHeart-killer !

On dirait que son corps a été dessiné par des chercheurs en crystal du Pentagone pour coucher toute l'armée française même nuke.

...des jambes moulées sur des designs lingiers à jets de phéromones sous pressions vapeur. La Karcher de la love gymselve.

Demian west said...

On dirait Nicole Kidman en mieux... arrête c'est pas vrai ! si !

pixel said...

T'as des preuves de ce que tu avances?

Demian west said...

Laisse-moi déjà réaliser c'qui m'arrive avant que je publie les branques.

De toutes façons, elle sera bientôt connue de tout le monde...ça va vite !

J'adore la Russie, j'adore Medvedev et tout le poutine du toutim.

pixel said...

Fait gaffe "bon baiser de russie" est truffée d'espionnes aussi belles que perfides.

Demian west said...

Mmmmmhhhh perfide-moi à fond !

Demian west said...

Dans le fusil c'est elle qui est le canon. Et dans la balle c'est elle qui est la poudre et le canon. Et dans la cible c'est Demy qui est le mil. Et tout ça ça déchire la culotte du mur du son.

pixel said...

Tu es en train de mesurer ce que le rideau de fer avait de cruel et je te souhaite la santé pour jouer ta mélopée sur les orgues de Staline.

Demian west said...

Chéri, tu veux baisser le rideau de fer, j'préfère la lumière...hi hi hi !

Demian west said...

Quand tu aimes tu ne king-kong pas.

pixel said...

N'est ce pas un peu contradictoire de dire qu'une femme se dérobe.

Demian west said...

C'est même contradérobe.

Demian west said...

Avec tes philousophies vétilleuses et controuvées, j'en viens à me demander si elle est vraie et si je n'est pas été berlué par une apparition de la planète hollywood.

Heureusement, ces séances philousophiques ne me prennent qu'un quart de quart d'heure même moins.

pixel said...

Pour savoir si elle est vrai il suffit de la pincer quand tu la voit. Si elle ne réagit pas c'est une apparition, si c'est une baffe elle est vrai mais tu la perd.
Finalement vaut mieux pas se poser la question.

Demian west said...

Ne bougeons plus...de crainte que toute la cordée s'en aille dans la ravine...

pixel said...

La situation est chiante et il faut attendre que la nuit tombe car les apparitions ressorte mal sur fond noir. Donc finalement la nuit apportera ta réponse.

Demian west said...

Et quand tu penses que la nuit tombe depuis des millionnasses d'années et qu'elle se relève quand même et pour retomber le lendemain... ça laisse rêveur.

Et aussi, que le sommeil te prend toujours en traître. C'est simple, tu le vois jamais te mettre l'oreiller sur la tronche.

Heureusement, quand on meurt on le fait vivant et en pleine conscience la plupart du temps. Tout compte fait, ceux qui meurent dans leur sommeil, ne meurent jamais.

Demian west said...

...et ceux qui meurent en vacances ? ça comptent ?

Demian west said...

whoops ça compte... arrrgghh !

pixel said...

Cas délicat celui qui meurt dans son sommeil. Moi je dirais que ça compte pas.
Oui le sommeil te prend par traitrise mais gentiment alors que le réveil qui n'est pas plus franc du collier est brutal.
Y en a qui meurent dans la douleur et d'autre en faisant l'amour.
Et quand on meurt c'est le monde entier qui meurt.

Demian west said...

La vraie question ou la vraie frontière après la mort serait de savoir si le monde a vraiment existé.

C'est comme si la réalité de ce que nous vivons aujourd'hui se jouait mais après la mort.

En fait, comme un coup de gomme du créateur annule le dessin qui n'aura jamais existé.

Demian west said...

Pour ma part, je pense et parce que je l'ai vécu : qu'il y a plusieurs vies dans une seule vie.

Et que finalement, nous sommes chacun toutes les vies, ou espacé dans toutes les vies. Car qui pourrait dire clairement la limite dans ce qui semble un océan illimité au-dedans et au-dehors.

En d'autres termes, l'infini c'est le présent, et il n'y a rien d'autre car c'est tout ! et incompréhensible pour nos mentalités illusoires et fragmentaires.

Demian west said...

C'est pourquoi je me laisse guider ou porter par la seule Providence.

pixel said...

Vivre me surprend toujours c'est pas un truc normal ou qui va de soit comme voudrait nous le faire croire la banalité du quotidien.
Et je suis surpris également par ce côté dedans dehors, soi et les autres, et ce monde qui n'a d'existence qu'au travers les multitudes de consciences comme la mienne. Je me dit que tout ça n'est pas bien normal et qu'il y a Anguille sous roche ou comme toi une providence.