Sunday, July 20, 2008

Les Jeux Olympiques de la Censure se jouent en Blogo France.

Le sport dont les Français sont raffolés, c'est la censure. Ils adorent trouver tous moyens les plus immédiats et plus controuvés pour taire leurs adversaires, et même leurs amis. Pourvu que le débat présente quelque tension, qui leur laisserait croire qu'ils vivent des instants à la pointe de leurs sensations les plus urgentes. C'est qu'ils recherchent l'ivresse et du n'importe quoi... n'importe comment.

Et cette pratique s'est bien espacée sur le net. On trouve désormais des journaux dits "libres" (comme on disait "livres" ou "livrées") qui sont des répétitions générales de leurs éditoriaux sans plus de contradiction. Des organes de presses claniques se sont montés et tout a changé sans que rien change. Car c'est inscrit profondément dans l'âme du français, à défaut de son esprit qu'on cherche toujours dans l'esprit des batailles vaines et qu'elles font passer le temps. Bref ! le français a du temps à perdre...

C'est le vieux truc du réflexe des Gaulois qui laissent la place vacante au César, qui passait par là pour redorer son blason en vue d'un rapt du pouvoir à Rome. Et qu'à la fin, il règne en Gaule et en Italique décadence. On ne vaut pas mieux que ces temps-là de l'Antiquité barbaresque et de la truanderie brutalique du Brutus qui achève le tableau des censeurs aiguisés.

C'est grave, car la blogosphère vient de démontrer que son pseudo rôle de média libre était un leurre dans un monde de leurres arrivés et souverains. C'est probablement pour mieux survivre. Car le web est comme tout organe, un espace organique qui s'étend et qu'il prend donc et forcément les mêmes voies pour croître et prospérer que les anciens médias : Créer son espace et le conserver en empêchant l'adversaire d'y mettre en plant des critiques destructrices, et qu'elles ruineraient tous les efforts et donc le travail.

Puisqu'il s'agit de travail et d'entreprises, et rien de si libre comme le seraient des jeux ou l'art pur. Non ! il est question de business et de propagandes ajoutées. Tout comme pour la Presse, depuis que la société libre s'en est déjeunée. Et donc depuis plusieurs siècles, tous tranchés entre des prises de paroles libres et des censures nettes et clairement exprimées.

La seule règle assez neuve qui se préciserait est celle d'une épidémie de censure dans les blogs collectifs et d'un repli nécessaire dans le blog individuel pour s'exprimer vraiment librement. Et au fond, c'est une autre façon de censure, mais pour une fois sans auto-censure. C'est la nouvelle formule de la Presse, dans le monde d'aujourd'hui où nul ne lit plus rien avec un réel intérêt en raison de la masse pléthorique des conneries qui s'ajoutent aux bêtises.

Dans peu de temps, nous serons contraints de retourner aux grasses lectures des classiques pour y retrouver des viandes plus solides et du sérieux même dans l'aventure gulliverienne qui est la nôtre dans ce siècle liliputien.

5 comments:

had said...

quand on voit marqué " média citoyen " penser censure .

Pas plus tard qu' il y a pas longtemps , un impétrant a demandé le retrait de la photo d' une pastèque , le demandeur a dû juger la position kamasutrique obscène quant à sa pénétration dans l' ère ... la pastèque détriquée est piteusement sortie , la queue entre les jambettes...

Demian west said...

Les femmes préfèrent les concombres pour remplacer l'homme et le plastique. C'est écrit sur le blog d'Esther Spincer celle-qui-sait-tout.

pixel said...

N'est ce pas pousser un peu loin le végétarisme?.

had said...

Faut mettre un peu de viande , ne serait-ce qu' un bout ...

pixel said...

Et à l'extrème, un bout de bout allongé si possible.