Sunday, July 13, 2008

Le net c'est pas mieux que la telly !

En vertu du principe de Mac Luhan qui dictait carrément que chaque média met en oeuvre, plus encore, le précédent média, le net c'est comme la téloche avec les solitudes qui la regardent en face. C'est clair ! pas d'erreur ! les effets de foules et de masses ne fonctionnent pas sur le net. On sent bien des tentatives dans la politique nouvelle ou des petits histrions qui tentent des révolutions foireuses à neuneu, car jamais dans la rue. Mais, rien n'y fait et ils n'y peuvent mais. Ca ne marche pas et même que ça ne défile jamais.

C'est probablement que le net c'est une machine assez complexe et trop simplesse à la fois. Car on n'y lit qu'un seul qui parle à la fois. Certes, il y a les pétitions : mais elles sont vieillies comme les luttes finales qui n'en finissent pas d'être finales. Ca fait de jolies listes de noms et surtout pour les services discrets qui écoutent ce qui devrait être escaché. Sur le net, plus tu te plains et plus tu exprimes librement ta pensée contestataire et plus elle se voit dans le boudoir d'Edvige, qui reçoit dans son salon sans murs. Et quand il s'agit que tu rende compte de tes plaintes et contestes, à mon nimble avis t'es seul devant la machine à broyer les artistes de la complainte.

Je crois que c'est le piège que les adeptes de leur-propre-pouvoir-sur-le-net se sont tendus et juste pour qu'on se gausse de les y voir tomber à la fin, mais assez vite après deux ans à peine. Certains doivent se planquette en Belgisuisse et d'autres retirent tantôt toute la boutique en vitrine de ce qu'ils avaient dit, et même plus quantième ce que d'autres ont dit. Oui, quand tu ne peux plus te cacher derrière la meute que tu as allumée, tu dois censurer tes adeptes les plus vifs et virulents, avant qu'ils t'attirent les ennuis magnétiques. Et certement, censurer tous les adversaires à la bourse des nouveaux mondes...

Après les espoirs du monde de demain qu'on-sera-tous-des-frères-et-soeurs, c'est le rouleau compresseur de la censure qui revient toujours, elle ! Et vous noterez, au passage des passants inconsidérables, que beaucoup ont trop parlé avant que les temps durs furent revenus. Et que tout reste sur le net collé à ton casier webique soulier crottebique.

Le mieux c'est de n'avoir rien à cacher, et surtout de bien savoir qu'il y a beaucoup de distraction pas sérieuse dans ces échanges parfois excessifs, qui ne sauraient exprimer que des mots qui ont largement dépassé notre pensée et que tout n'était dit et gesticulé que pour le fun. Comme si nous avions écrit un livre, et que le net était une sorte de laboratoire de nos ratitudes. Là, on est sans doute plus près de la vérité.

Car, depuis Quitterie Delmas jusqu'à Revelli, en passant par Esther la femmeCanon, les femmes qui rêvent sont sans doute plus dans le vrai que les masculants qui veulent installer des pouvoirs qui me fichent définitivement la maxima trouille des grands matins d'exécutions, qui perdent les têtes qui s'embrassette sous le gui de la guillotinette du jardin que tout le monde aimette à la Toussaint. Un truc de la brumette sur le net...

20 comments:

Anonymous said...

Dans le mille Emile , on en apprend plus à lire un bouquin intéressant de mille pages , qu' à lire un million de pages sur Avox où c 'est juste pour dire " c 'est mi le plus beau "

Demian west said...

Quand j'écrivais des articles qui devaient passer une modération, je m'auto-censurais à donf. Et dès que j'écrivais comme je le sentais... ça passait plus.

Ca veux dire que le journalisme citoyen c'est un produit formaté comme les produits dans les emballages à valeur ajoutée pour la pub.

Anonymous said...

en effet , je me souviens un jour d' un article écrit par un jeune des cités , il parlait un peu zarbi , mais disait plein de trucs jamais lus sur Avox , suite à de nombreux incidents l' article a été retiré dans la journée , dommage , on aurait pu apprendre plein de choses ... la citoyenneté des plus égaux que d' autres , vrai qu' à la téloche , selon la chaine il y a de l' originalité ...mais bon p' tête faut les deux...

pixel said...

Et qu'est ce que tu ne disais pas quand tu t'autocensurais?

Demian west said...

Je n'exprimais pas ce qu'on appelle la bonne violence. C'est-à-dire que pour parler vrai, il faut toujours déplaire à quelqu'un et lui faire du tort forcément. On ne saurait en faire l'économie.

On croit toujours qu'on contrôle, quand on est comme l'eau : on va selon la pente et partout où il y a quelque place.

pixel said...

Le projet Edvige me fait penser aux traces banquaires.Il suffit d'analyser un compte en banque pour faire le profil d'une personne.Ce que les banques font peut être pour les fichiers de pub.

Demian west said...

Il faut les submerger de flux d'informations qui nécessiteraient des milliasses d'années pour être lues et analysées.

Ouvrons tous nos portes, comme Montaigne qui n'a jamais souffert d'aucune guerre puisqu'il laissait tout ouvert. Ce qui n'incitait pas à forcer sa porte, naturellement...

Si tu ne caches rien Edvige ne sert à rien.

pixel said...

Il y a de toute façon toujours une bonne raison qui surgit à l'occasion d'un fait divers ou d'un accident pour que que le flicage soit demandé par les gens.Par exemple les caméras de surveillance qui sont pébliscitées à cause de la délinquance.

Demian west said...

Les gens sont les flics d'eux-mêmes...le reste s'ensuit.

La police sur les forums est mise en oeuvre par les plus beaufs qui sont nourris par les fondateurs, c'est évident.

Demian west said...

Ou les jalousies agissent en manière de régulation des plus forts. Regarde ! même sur le forum de Quitterie qui est super gentille et modélique, et bien, Virginie ne me cause jamais, car elle est jalouse de la place naturelle que j'ai prise. Elle pense qu'elle a perdu quelque chose, ce qui est faux bien sûr.

Je crois qu'elle aime Quitterie et je la comprends. Mais pourquoi me snober ? ça ne fait que montrer son problème.

Le fait est que la jalousie adore se montrer. C'est sa faiblesse et ma force. J'ai fait des études es jalousies depuis la maternelle. Je n'ai connu que ça... alors c'est comme si je ne la voyais plus, hormis qu'elle m'amuse.

Et il y a pire que la jalousie, c'est la trahison. Ca c'est un concept revellien, entre autres concepteurs,... hi hi hi !

pixel said...

Virginie a le bisous aussi prolixe que sélectif.

Demian west said...

Heureusement qu'elle n'est pas une femme fatale.

Et heureusement que je suis un brigand dans ces matières-là de la romance.

Demian west said...

@ Pixel et Haddock,

Merci de mettre un lien sur Agoravox pour annoncer la bonne nouvelle qu'ici on peut dégoiser à donf et que Revelli ne peut pas censurer ici.

...ça peut toujours servir à des claquemurés du verbe.

Anonymous said...

Le lien est sur le fil " et après ? " du scieur Morice , voyons vouére...comment je signe Haddock ? les premières fois ça a marché ...

TALL said...

Salut mec,

Moi c'est fini, je me suis rangé. Craftouse, costard, et arrêt au feu orange. Bravo Monsieur Morice, article fort bien documenté, ah ces salauds de ricains quand même. Tu devrais voir, tu me reconnaîtrais pas. Je prépare d'ailleurs un article sur le 11/09 qui va casser la baraque, un truc avec des E.T. commandités par la CIA et qui téléguident des buildings dans les boeings ( ou le contraire, peu importe, vu que ce qui prime pour moi, c'est la gloire ). Je ne t'en dirai pas +, t'es capable de me piquer le scoop, arriviste comme tu es. Revelli m'a promis des millions, c'est un italien, donc j'ai confiance. T'es jaloux, hein ? Avoue ....

Demian west said...

C'est vrai que je suis un brigand, donc je brigue...

TALL said...

Dans une interview du romain, il a parlé d'agoravoices, un machin qui serait entre blogs et le machin actuel. En clair, ça sent le sapin ...

pixel said...

Tall
Je te signale que le Romain est Belge dorénavant et que tu lui doit une franche considération compatriotique.

Tall said...

pixel
trop tard, l'est finie la Belgique, et j'me barre aussi

Anonymous said...

Tall
L'Europe s'agrandi, et les régions reprennent du poil de la bête.Les états nation vont avoir du mal à survivre.